En débat sur LCI, Yannick Jadot et Sandrine Rousseau sortent (enfin) les crocs

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Yannick Jadot et Sandrine Rousseau, finalistes de la primaire écolo, sur le plateau de LCI le 22 septembre 2021. (Photo: Capture LCI)
Yannick Jadot et Sandrine Rousseau, finalistes de la primaire écolo, sur le plateau de LCI le 22 septembre 2021. (Photo: Capture LCI)

POLITIQUE - Les premiers débats avaient été marqués par leur cordialité. Le dernier exercice livré par Yannick Jadot et Sandrine Rousseau un peu moins. Ce mercredi 22 septembre, les deux finalistes de la primaire écologiste étaient face à face sur LCI. L’occasion pour l’eurodéputé et la candidate écoféministe de bien marquer leurs différences en vue du second tour.

Ce qui, immanquablement, a donné place à des tensions, faute de divergences profondes sur le fond. Car les deux s’opposent surtout sur la méthode. Quand Yannick Jadot affirme que l’enjeu, c’est surtout de se donner les moyens d’aller au bout de cette élection présidentielle pour aboutir à la transition écologique, Sandrine Rousseau appelle de son côté à “assumer” la “radicalité” du projet écologiste, pour mettre le changement de société au cœur de la campagne.

“L’écologie de gouvernement que tu proposes est une écologie qui ne va pas au bout du chemin, le gouvernement n’est pas supérieur aux objectifs que nous nous fixons. Aujourd’hui, nous avons besoin de transformer notre société”, a lancé l’écoféministe, reprochant plus loin des défaillances dans le projet de son adversaire. “J’ai regardé ton programme, il n’y a pas de date sur la sortie des pesticides”, a accusé Sandrine Rousseau, qui a plusieurs fois attaqué Yannick Jadot sur son projet.

“Tu agites une forme de peur sur l’écologie”

Alors que le débat portait sur les mobilités et la place à donner à la voiture dans les années à venir, Sandrine Rousseau plaidait pour une augmentation des prix du carburant, compensée (entre autres) par l’instauration d’un revenu minimum d’existence fixé à 850 euros. Ce qui a fait tiquer Yannick Jadot, qui a imaginé une personne vivant avec cette somme -“juste au-dessus du seuil de pauvreté”- contrainte de payer 100 euros pour un plein d’essence.

“Tu agites une forme de peur sur l’écologie”, a accusé la candidate écoféministe, accusant ensuite l’eurodéputé de ne pas vouloir taxer les plus riches. “Tu n’as pas bien lu mon programme... Dans mon projet, il y a la restauration de l’ISF, et une ISF beaucoup plus large”, a rectifié Yannick Jadot, annonçant reprendre à son compte la proposition d’Éric Piolle d’instaurer un “ISF climatique”.

Pas de quoi satisfaire Sandrine Rousseau. “Je ne vois toujours rien sur les revenus”. Réponse de Yannick Jadot: “Si tu parles de mon projet sans l’avoir lu, en disant ‘il ne va pas taxer les plus riches’... Ce n’est pas bien de caricaturer comme ça”, a-t-il répondu, soulignant qu’il était ”évidemment” pour l’instauration d’une nouvelle tranche d’imposition, conformément à ce qui est défendu par EELV.

Les deux se sont ensuite accrochés sur le régalien, Sandrine Rousseau reprochant à Yannick Jadot sa présence à la marche citoyenne de la police. “J’ai répondu à l’appel de la CGT et de la CFDT, qui ne sont pas vraiment des factieux”, a justifié l’eurodéputé, affirmant qu’il s’agissait de ne pas laisser les policiers endeuillés “seuls” avec l’extrême droite.

Ce qui n’a pas convaincu sa concurrente, qui a fait un lien entre ce rassemblement et la tribune des militaires publiés dans Valeurs actuelles. “Mais quel rapport?”, a rétorqué Yannick Jadot, rappelant que cette marche avait été organisée après le meurtre de deux policiers. Un vif échange parmi d’autres qui montre que les deux étaient prêts à en découdre et à ne rien laisser à l’adversaire.

Car même si les finalistes affichent de très nombreuses convergences sur le fond, les 122.000 inscrits à la primaire écolo sont en réalité invités à trancher du samedi 25 au mardi 28 septembre entre deux personnalités. D’où la nécessité, pour Yannick Jadot comme pour Sandrine Rousseau, de marquer une réelle différence sur la forme.

À voir également sur Le HuffPost: Sandrine Rousseau répond à Gérald Darmanin après sa menace de divulguer des échanges privés

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles