Débat en Irlande autour d'une fermeture des frontières pour lutter contre le Covid-19

·1 min de lecture

Les contaminations au Covid-19 en Irlande restent plus élevées que lors des deux vagues précédentes. La classe politique irlandaise réfléchit donc à une stratégie « Zero Covid », adoptée par des pays comme la Nouvelle-Zélande pour lutter contre le Covid, avec un confinement strict et une fermeture hermétique des frontières.

Avec notre correspondante à Dublin, Émeline Vin

La stratégie Zero Covid, le gouvernement s’en rapproche. Une quarantaine de quatorze jours est déjà imposée aux voyageurs à leur arrivée en Irlande est désormais obligatoire et non plus recommandée. Mais aucun détail n'a été donné sur les modalités de contrôle du respect de cet isolement. Et la quarantaine peut être réalisée à la maison.

C'est trop peu, dénoncent les oppositions de tous bords. Une mesurette, pour la cheffe du Sinn Fein, premier parti d'opposition. Au sein même de la coalition, certains députés se disent déçus.

Une fermeture totale impossible pour le gouvernement

Mais fermer les frontières, c'est hors de question pour l'exécutif : ce qui marche en Nouvelle-Zélande, n'est pas transposable sur une île membre de l'Union européenne et qui partage une frontière avec le Royaume-Uni. « Ça ne fonctionnerait pas », explique le vice-premier ministre Léo Varadkar. Il faudrait au moins trois mois pour éradiquer le virus en Irlande. Sans compter les risques pour les chaînes d'approvisionnement et cette question : comment sortir de cet état de fermeture ?

Le gouvernement se range derrière le fait que ça n'a pas été recommandé par les experts du conseil médical... Depuis le début de l'année, aucun cluster n'a été relié à un déplacement à l'international.

►À lire aussi : 6500 soignants en arrêt maladie, l'Irlande en manque de personnel face au Covid-19