Débat : faut-il augmenter les "premiers de corvée" ?

En première ligne dans la guerre contre le Covid-19, il y a eu les médecins et les infirmiers. Mais la crise a révélé une deuxième ligne, elle aussi sur le front. Ils sont éboueurs, caissiers, agents d'entretien ou livreurs. Ils sont indispensables et réclament une bonne paie. Faut-il augmenter cette deuxième ligne longtemps invisible ? Des métiers peu considérés et peu rémunérés Les éboueurs et les caissiers ont assuré la continuité du service pendant la crise, s'attirant la sympathie des Français. Des métiers difficiles. 1 250 agents de nettoyage ont souffert de troubles musculo-squelettiques en un an. Des troubles reconnus comme une maladie professionnelle en raison de la pénibilité du travail. Ces métiers sont peu rémunérés. Environ 1 300 euros pour un caissier, 1 400 euros pour un agent d'entretien alors que le salaire médian français est d'environ 1 800 euros.