Le débat entre Macron et Le Pen peut-il être décisif ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Comme en 2017, Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont face à face ce mercredi 20 avril pour le traditionnel débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle. Les deux candidats ont arrêté leur campagne de terrain pour se préparer à ce rendez-vous tant attendu. Pour le moment, Emmanuel Macron est donné favori du second tour, mais de façon beaucoup moins large que la dernière fois. Ce débat peut-il inverser la tendance ?

L'impact des débats télévisés a été étudié depuis longtemps et dans plusieurs pays. Conclusion générale : ils ont un effet limité sur le vote. Le plus souvent, il est démontré qu’ils confirment les jugements préétablis des téléspectateurs. Peu d'électeurs décident, après un débat, de changer leur vote d'un candidat vers un autre. D’autant plus qu’à ce stade de la campagne, leur choix est souvent déjà fait.

Un fort impact en 2017

Mais l’histoire récente pousse à nuancer cette tendance générale. Une analyse, publiée dans Histoire d’une révolution électorale (2015-2018) sous la direction de Bruno Cautrès et Anne Muxel, montre que l’élection présidentielle de 2017 fait exception à la règle. Les intentions de vote ont, en effet, été modifiées après les débats de la primaire de la droite (au bénéfice de François Fillon) et après les débats de premier tour (au bénéfice de Jean-Luc Mélenchon).

Le débat d’entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron a aussi eu un effet sur la dynamique de la campagne. La candidate du Rassemblement national a raté son passage, elle est apparue agressive sur la forme et peu compétente sur le fond : ce débat lui a coûté au moins 3 points quand on regarde l’évolution des intentions de vote. Cette mauvaise prestation a accentué la dynamique en faveur d’Emmanuel Macron en démobilisant une partie de l’électorat de Marine Le Pen.

Taux d'indécision élevé

Si le débat de 2022 est important, c’est aussi parce que l’écart de voix dans les intentions de vote est beaucoup plus faible qu’en 2017. Emmanuel Macron est donné gagnant, recueillant entre 54% et 56% des intentions de vote alors qu’il l’avait emporté avec 66% des voix il y a cinq ans. À cela s’ajoute le fait que le niveau d’abstention et le taux d’indécision sont élevés : « Il y a de plus en plus de Français qui n'ont pas d'identifications partisanes fortes, qui ne font pas confiance aux hommes politiques et ont donc plutôt tendance à voter par rejet que par adhésion, explique Arnaud Mercier, professeur en communication politique à l’institut français de presse. Cet univers de référence assez flou et flottant fait qu'un débat, si jamais l'un des deux venait à se rater, peut amener à un mouvement dans l'opinion de 2, 3 ou 4 points de perte ou de gain pour l’un des candidats. »

Rien n’est donc acquis pour le président-candidat qui doit tenter de ne pas démobiliser les électeurs de gauche qui s’apprêtent à voter pour lui avec beaucoup de réticences. « Si jamais Emmanuel Macron alimentait par son attitude le mouvement de rejet instinctif qu’il suscite chez une partie des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, il y a des chances que certains ne veulent pas voter pour le président-candidat en dépit des appels à faire barrage à l’extrême droite », met en garde Arnaud Mercier.

Suivez en direct le débat de l'entre-deux-tours

► À lire aussi : Présidentielle en France: ces moments clés qui ont marqué 50 ans de débats d'entre-deux-tours

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles