Débat d'entre-deux-tours : un rituel périlleux depuis 1974

France 3

C'est le moment que tout le monde attend du débat de ce mercredi 3 mai, au soir, la petite phrase qui va rester dans l'Histoire. Un rituel depuis 1974. À l'époque, Valéry Giscard d'Estaing prend l'ascendant sur François Mitterand grâce à cette fameuse tirade : " Vous n'avez pas, M. Mitterand, le monopole du cœur". Ces petites phrases sont généralement préparées à l'avance.

Les débats n'ont jamais fait basculer l'opinion publique

Sept ans plus tard, François Mitterand tient sa revanche et qualifie Valéry Giscard d'Estaing " d'homme du passif". Pour les candidats, il s'agit donc d'attaquer tout en gardant une certaine maîtrise. Un exercice périlleux qui donne l'avantage à Nicolas Sarkozy en 2007 face à la colère de Ségolène Royal.

Jusqu'ici, les débats n'ont jamais fait basculer l'opinion publique de manière massive, mais ce soir le contexte est particulier. Il y a cinq ans, le débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande avait réuni près de 18 millions de téléspectateurs.

Retrouvez cet article sur Francetv info

EN IMAGES. Présidentielle : le grand débat Le Pen-Macron sur France 2 et TF1 résumé en 15 dessins de presse drôles et moqueurs
Débat télévisé : "On a rarement vu un débat de l'entre-deux-tours aussi agressif"
Présidentielle : invectives, répliques chocs, moments forts... Ce qu'il faut retenir du débat Le Pen-Macron sur France 2 et TF1
"Aujourd'hui, je suis à deux doigts d'être aimé" : ce qu'il faut retenir de l'interview de François Hollande à "L'Obs"
VIDEO. Présidentielle : le général de Gaulle, l'argument incontournable des candidats pour justifier tout et n'importe quoi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages