Débat. La “cancel culture” sur la question du genre : empathie ou censure ?

·1 min de lecture

Au regard des écrivains, humoristes ou journalistes harcelés ces derniers mois, car accusés d’avoir tenu des propos transphobes, le quotidien portugais Jornal i s’interroge, ce vendredi 5 novembre, sur le politiquement correct et le langage inclusif.

“Guerre de genre”, titre ce matin Jornal i, dont la une met en miroir l’un des personnages de Game of Thrones, Daenerys Targaryen, incarné par l’actrice Emilia Clarke. Un clin d’œil probable à la lutte de pouvoir que la série met en scène et à celle qui, dans une autre dimension, secoue le milieu culturel international autour de la question du genre.

La manchette du quotidien laisse peu de doute sur sa position dans ce débat :

Humoristes licenciés, écrivains qui s’autocensurent, commentateurs harcelés : voilà ce qui arrive en cette période de politiquement correct et de culture de l’annulation. Le monde lutte-t-il contre le racisme et la haine ou cède-t-il à la censure, rappelant la révolution culturelle chinoise ?”

Plusieurs personnalités visées

Jornal i s’appuie sur les cibles les plus récentes du mouvement LGBTQI+, accusées de transphobie : l’humoriste Dave Chappelle, les écrivaines Margaret Atwood et J. K. Rowling, ou encore, pour prendre un exemple portugais, la journaliste Clara Ferreira Alves qui, en prenant la défense de ces derniers, a récemment déclaré à la télévision qu’elle serait “probablement aussi ‘annulée’ par les trans, ne sachant pas bien ce qu’ils sont vraiment”.

À l’intérieur, l’article de huit pages se révéler bien plus pondéré : différents points de vue contradictoires s’expriment et tentent de répondre, après que différents artistes acclamés ont fait les frais de la cancel culture, à cette question posée par le journal :

Sommes-nous confrontés à une forme d’empathie ou, au contraire,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles