Le débat sur les énergies s’invite sur Mars

Les experts le disent et le répètent, dans le contexte de réchauffement climatique que nous vivons, opposer production d’électricité nucléaire et production d’électricité renouvelable n’a aucun sens. Sur Terre en tout cas. Mais voilà que le débat vient de prendre subitement une hauteur inattendue. En s’exportant jusqu’à la planète Mars. Alors que la plupart des ingénieurs qui avaient planché sur la question avaient validé l’option nucléaire comme la meilleure alternative, des chercheurs de l’université de Californie à Berkeley (États-Unis) révèlent aujourd’hui que le solaire pourrait produire pour les futurs colons martiens toute l’électricité dont ils auraient besoin. Pour une mission prolongée et même pour une installation permanente sur la Planète rouge.

Une dynamo à glace sèche pour les colons martiens

Rappelons que la Nasa travaille depuis plusieurs années au développement de réacteurs nucléaires miniatures baptisés Kilopower. Des réacteurs qui peuvent fonctionner 24h/24 et 7 j/7. Et que les ingénieurs considèrent aujourd’hui comme sûrs et efficaces à soutenir l’exploration robotique, mais aussi humaine de Mars.

L’énergie solaire, elle, se présente avec un peu les mêmes inconvénients que ceux que nous lui connaissons sur Terre. L’électricité ainsi produite doit être stockée si l’on veut pouvoir l’utiliser la nuit. Et sur Mars, des tempêtes de poussière obscurcissent parfois le ciel, recouvrant tout d’un voile rouge. On se souvient que le rover de la Nasa Opportunity a d’ailleurs été contraint à une pause par l’une de ces tempêtes en 2019.

Voici à quoi ressemble le réacteur nucléaire miniature développé par les ingénieurs de la Nasa en vue de la colonisation de Mars, le Kilopower. © Nasa
Voici à quoi ressemble le réacteur nucléaire miniature développé par les ingénieurs de la Nasa en vue de la colonisation de Mars, le Kilopower. © Nasa

Des besoins en énergie difficiles à évaluer

Mais les chercheurs de l’université de Californie n’ont pas voulu s’arrêter à ça. Afin de comparer les deux solutions, ils ont opté pour une approche systémique. Envisageant une mission sur Mars de 480 jours, temps de trajet d’environ...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles