"Si le débarquement avait été géré comme les Vélib…" La réponse cinglante d’Attal à Hidalgo

·2 min de lecture

Dimanche, Anne Hidalgo a mis en cause la gestion de la campagne de vaccination en France, se lançant même dans une comparaison avec le Débarquement en Normandie. Une phrase à laquelle a répondu, avec ironie, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur Europe 1 lundi.

La guerre des petites phrases. Lundi, sur Europe 1, Gabriel Attal a apporté une réponse cinglante à Anne Hidalgo, qui la veille a vivement critiqué la gestion de la campagne de vaccination par la France. «Avec de telles carences, le Débarquement de juin 1944 aurait échoué», a-t-elle lancé dans le JDD, appelant à faire confiance aux élus locaux. Une attaque de la part de celle qui semble de plus en plus proche d’une candidature à la présidentielle, à laquelle a aussitôt réagi Gabriel Attal. «Je ne suis pas tout à fait convaincu par cette comparaison, notamment pour des raisons historiques», a-t-il d’abord calmement expliqué, avant d’ajouter avec ironie : «Si le débarquement avait été géré comme Anne Hidalgo a géré les Vélib’, les bateaux n'auraient jamais quitté l'Amérique».

Le porte-parole du gouvernement ne s’est pas arrêté là puisqu’il a expliqué être «surpris d’entendre des leçons de logistique de la part d’une élue qui n’a pas su gérer le Vélib’, l’Autolib’, qui a montré, s’agissant de la logistique, qu’elle savait transformer l’or en plomb alors même qu’il y a plus de fonctionnaire à la ville de Paris qu’à la Commission européenne». Et de conclure en disant répondre ici «à une attaque qui semble assez gratuite».

A lire :Covid-19 : au moins 8 cas positifs au variant anglais à Marseille, situation virale "inquiétante"

Après un départ lent et laborieux, la campagne de vaccination en France s’est accélérée ces derniers jours. Plus de 50.000 doses du vaccin Moderna contre le Covid-19, qui vient d'être autorisé en Europe, seront d’ailleurs livrées ce lundi pour être acheminées dans le Grand Est, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Paca afin d'être utilisées dans la semaine, a annoncé dimanche le ministère de la Santé.(...)


Lire la suite sur Paris Match