Débâcle en Afghanistan : voici les leçons que la France et le reste du monde peuvent apprendre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président Emmanuel Macron a souhaité réagir aux événements de Kaboul par une brève allocution télévisée le 16 août à 20h, comme il l’avait déjà fait sur quelques sujets internationaux (par exemple après l’attaque du Capitole à Washington par les partisans de Donald Trump le 6 janvier 2021). Après l’explosion de Beyrouth l’année dernière (4 août 2020), c’est la deuxième intervention estivale forte pour le locataire de l’Élysée. L’accent a été mis sur les préoccupations les plus immédiates, et sur les mesures à prendre rapidement : au matin du 17 août 2021, un Airbus A400M français et des forces spéciales arrivaient à Kaboul pour assurer des évacuations.

Mais au-delà de l’urgence, comme l’a laissé entendre – pour l’instant à demi-mot – l’allocution présidentielle, une réflexion plus profonde s’impose. D’abord, sur les leçons atlantiques à tirer de la défaite afghane. Ensuite, dans une perspective stratégique plus globale encore, sur notre rapport à la guerre, à l’intervention militaire, à notre action extérieure.

Impératifs pour la France

La priorité immédiate va bien entendu à la protection des ressortissants français, étendue par Emmanuel Macron à celle des Afghans qui ont travaillé pour la France. Les scènes de chaos retransmises ces dernières heures mettent la logistique à rude épreuve, font craindre pour la sécurité de tous, et placent l’ambassade de France (transférée à l’aéroport) dans l’état de tension que l’on imagine.

Autre impératif : ne pas laisser l’Afghanistan r...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles