"On est déçus à chaque nouvelle annonce" : le désarroi des professionnels du spectacle à Paris, Angoulême et Albi après le nouveau report d’ouverture des lieux culturels

Véronique Dalmaz
·1 min de lecture

Le lever de rideau ne sera pas pour le 7 janvier. La situation sanitaire ne le permettant pas. Un énième report qui use les nerfs du monde de la culture à Paris comme en régions.

Les cinémas, théâtres et salles de concert espéraient rouvrir ce 7 janvier. Mais le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a douché leur espoir ce vendredi 1er janvier en annonçant que ce ne sera "pas possible" au vu du nombre de contaminations encore trop élevé. Voici quelques réactions à Paris et dans le sud-ouest de la France.

Souhait d'une date d'ouverture définitive, même lointaine

Des fauteuils qui restent désespérément vides. A Carat, en Charente, le cinéma Mégérama cumule 162 jours de fermeture depuis mars 2020. "On ne peut pas se satisfaire de cette situation qui a assez duré surtout quand on voit que l’économie tourne et que les magasins sont ouverts", s’indigne Aurélie Delage, patronne de cette salle.

Non loin du Mégérama, à Angoulême, la directrice du théâtre municipal, fatiguée de ces reports successifs, milite pour une date ferme et définitive "même si c’est au mois de février".

Ce nouveau report est perçu comme une injustice

"On est forcément déçu à chaque annonce" s’insurge le directeur du Cinemovida à Albi. Prêt depuis le 15 décembre pour ouvrir son cinéma, Alexandre Kloeckner vit ce nouveau report comme une injustice. "Aujourd’hui, il n’y a toujours pas eu de clusters identifiés au niveau des cinémas et des théâtres" fait-il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

Ce contenu pourrait également vous intéresser :