"Dès que tu seras élu, je me tire" : cette phrase cinglante lâchée par Cécilia à Nicolas Sarkozy

·1 min de lecture

"À toi je peux le dire, c’était le jour le plus triste de ma vie". Ces mots, relayés par Catherine Nay dans son ouvrage L’Impétueux, ont été prononcés par Nicolas Sarkozy quelques mois à peine après son entrée à l’Élysée. Son épouse, Cécilia Sarkozy, l’avait quitté au soir de son élection à la présidence de la République en mai 2007, après 13 ans de mariage. "Dès que tu seras élu, je me tire", lui avait-elle promis quelques mois plus tôt en mars, alors qu’il quittait le ministère de l’Intérieur pour se lancer dans la course à la tête de l’État. Pour officialiser sa décision, elle avait même fait appel aux services d’une avocate, Me Michèle Cahen.

Puis, s'en est suivie une mascarade où le candidat va cacher aux yeux de tous la réalité de son ménage. Les "tourments" de sa rupture avec la mère de son fils Louis sont difficiles à camoufler à l’issue de sa victoire, raconte la journaliste politique dans son livre. Celle-ci évoque la sidération des militants qui l’applaudissent à son quartier général de campagne, "la famille, les amis, arrivés par grappes", qui découvrent "un homme au sourire cafardeux, comme perdu au milieu de leur liesse dévote". "Le vainqueur du 6 mai est un vaincu de l’amour", ajoute-t-elle.

D’après Robert Schneider dans son livre Premières dames, Cécilia aurait pris la décision de le quitter en raison d’une petite phrase prononcée par Nicolas Sarkozy, alors qu’elle fréquentait publiquement l’homme d’affaires Richard Attias. "Elle confiera à une amie proche que c'est (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Emmanuel Macron "homosexuel honteux" : comment ses parents ont réagi à la rumeur
Edouard Philippe : ce "silence de glace" opposé à Emmanuel Macron lors d'un déjeuner
Thomas Dutronc « flippé » d’Eddy Mitchell : cette anecdote savoureuse
Que devient Corinne Touzet, la star d'Une femme d'honneur sur TF1 ?
Angelina Jolie, "humiliée" par Brad Pitt, préparerait une vengeance salée...