Cystite, angine... l'ordonnance ne sera bientôt plus nécessaire en pharmacie

Un amendement a été adopté en ce sens par l’Assemblée nationale. Les médicaments seront délivrés sous certaines conditions.

Fini le passage chez le médecin pour se voir prescrire certains médicaments. L’ Assemblée nationale a adopté mercredi 13 mars un amendement du rapporteur Thomas Mesnier autorisant les pharmaciens à délivrer des médicaments, normalement prescrits sur ordonnance par les médecins, pour certaines pathologies bénignes (angine, conjonctivite, cystite, gastro-entérite…), explique l’Express.

La liste de ces médicaments sera fixée "par arrêté", a fait savoir Thomas Mesnier, qui a précisé également que la Haute autorité des médicaments va mettre en place un protocole à suivre pour les pharmaciens. Les médicaments seraient délivrés dans certaines conditions, "sous réserve d'une formation ad hoc des pharmaciens sur ces dits protocoles et d'un lien obligatoire réalisé auprès du médecin traitant".

L’Assemblée nationale avait rejeté une proposition du même genre l’année passée, lors du vote de la loi de financement de la Sécurité sociale. Elle a donc changé son fusil d’épaule.

⋙Lire aussi Les pharmaciens pourront-ils bientôt délivrer des médicaments sans ordonnance ?

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Santé

"Les médecins sont opposés à cette mesure"

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a souligné qu’il était "important de réussir à avancer sur le sujet", tout en émettant "des réserves sur la méthode", selon des propos rapportés par La Chaîne parlementaire. Selon elle, "les médecins sont opposés à cette mesure" : il faudra se montrer patient pour trouver une "voie de sortie par le haut". Des modifications pourraient être apportées à cet amendement dans les semaines ou mois à venir.

Médecins et pharmaciens vont devoir trouver un terrain d’entente autour de cette mesure. "Il n’est pas question de faire le diagnostic à la place du médecin", avait tenté de rassurer Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine, interrogé par le Magazine de la santé en février. "C'est simplement une question de complémentarité entre

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Effets secondaires du Propecia : une dizaine d'hommes attaquent le labo en justice
Bientôt une étude sur le glyphosate pour "trancher" la controverse
Nutella stoppe la production de sa plus grosse usine au monde pour défaut de qualité
Japon: né à 268 grammes, un bébé garçon quitte l'hôpital en bonne santé
Levothyrox: la justice déboute 4.113 plaignants face à Merck