Arno, Rémy et Cyrille, trois gendarmes héroïques tués par un forcené

·2 min de lecture

Trois gendarmes ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi lors d’une mission dans le Puy-de-Dôme. Le plus jeune, le brigadier Mavel, n’avait que 21 ans.

Le plus jeune d’entre eux commençait à peine sa carrière. Dans la nuit de mardi à mercredi, trois gendarmes ont été tués par un forcené à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, et un quatrième a été blessé. Les trois militaires avaient été appelés pour intervenir afin de porter secours à une femme victime des coups de son conjoint. C’est ce dernier qui a tiré sur le brigadier Arno Mavel, âgé de 21 ans. Grièvement blessé et soigné sur place, il n’a pas survécu. Le lieutenant Cyrille Morel, et l’adjudant Rémi Dupuis, âgés de 45 et 37 ans, ont eux aussi perdu la vie lors de cette mission, alors qu’ils effectuaient une reconnaissance autour de la maison.

A lire aussi :«La Nation s’incline devant leur courage» : Darmanin rend hommage aux trois gendarmes tués

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a précisé dans un communiqué qu’ils étaient membres du groupement de gendarmerie départementale du Puy-de-Dôme et appartenaient à la compagnie d'Ambert. «Douleur et vive émotion dans nos rangs après le décès en service de 3 des nôtres lors d'une intervention pour violences intrafamiliales», a réagi sur Twitter la Gendarmerie nationale, apportant tout son soutien aux familles et aux proches des trois hommes. «La BSPP partage la douleur de la famille et des proches de nos trois frères d'armes de la Gendarmerie : le lieutenant Cyrille Morel, l'adjudant Rémi Dupuis et le brigadier Arno Mavel décédés cette nuit lors d’une intervention dans le Puy De Dôme», a partagé sur Twitter les Pompiers de Paris.


Lire la suite sur Paris Match