« Le cynisme de Marine Le Pen tue »

·1 min de lecture
Antoine Laurent, directeur des opérations de sauvetage de SOS Méditerranée à bord de l'« Aquarius », dirige désormais la campagne de Matthieu Orphelin.
Antoine Laurent, directeur des opérations de sauvetage de SOS Méditerranée à bord de l'« Aquarius », dirige désormais la campagne de Matthieu Orphelin.

Antoine Laurent n'a pas encore 30 ans, coiffé du blond d'un jeune premier de la classe, la peau marquée par la mer et la voix gorgée d'histoires. Il faut dire que cet officier de la marine marchande a déjà roulé sa bosse sur les mers du globe, de l'Océanie à la mer du Nord en passant par les Caraïbes. Il a navigué pour le compte des géants du pétrole, de la téléphonie et de l'aviation. Et vite, le jeune homme n'a plus supporté, dit-il, « d'user son temps ». En 2016, Antoine Laurent décide donc d'embarquer à bord de l'Aquarius et de mettre ses talents de marin au service du sauvetage de migrants en Méditerranée. Dans Journal de bord de l'Aquarius, dans la peau d'un marin-sauveteur (éditions Kero), il dépeint sa rencontre avec la détresse humaine et l'horreur, loin des discours politiques. Aujourd'hui, le marin a décidé de sauter le pas de la politique. Un autre monde.

Le Point : Comment un « gars de la marine », travaillant dans la prospection de pétrole, se retrouve à embarquer à bord de l'Aquarius ?

Antoine Laurent : C'est l'aboutissement d'une réflexion. Très tôt, j'ai été sensibilisé au bien commun. Pour le dire simplement, on m'a toujours appris que si la société se portait mal, on avait peu d'espoir que notre vie se passe bien. J'ai voyagé dans plus de 40 pays, j'y ai découvert la mondialisation autrement que dans les livres, j'ai vu l'impact de notre mode de vie sur les autres. Nourrir le monde en pétrole, c'est bien utile, mais ça n'avait pas beaucoup [...] Lire la suite