Inde: le cyclone Nisarga épargne largement Bombay

Inde: le cyclone Nisarga épargne largement Bombay

Bombay (AFP) - Bombay semblait mercredi largement épargnée par le cyclone Nisarga, première tempête tropicale d'ampleur à affecter la capitale économique indienne depuis plus de 70 ans.

Formé en mer d'Arabie, le cyclone a atteint mercredi après-midi la côte occidentale de l'Inde au niveau de la ville d'Alibag, station balnéaire prisée des riches Indiens de Bombay et située à une centaine de kilomètres au sud de la mégapole de 18 millions d'habitants.

Accompagné de vents soufflant jusqu'à 120 km/h, le cyclone a causé d'importantes précipitations sur l'État du Maharashtra, dont Bombay est la capitale. Il devrait avoir considérablement perdu en puissance d'ici la soirée, selon les météorologues indiens.

Bombay a reçu des pluies conséquentes tout l'après-midi et les vents violents ont abattu des arbres dans certains lieux, mais aucun dégât majeur n'était signalé dans l'immédiat.

La ville d'Alibag a concentré le gros des dommages, le cyclone y ayant arraché des toits et renversé de petites échoppes mobiles. Un résident d'Alibag qui a évacué sa maison de bord de mer, Milind Dhodre, a rapporté à l'AFP avoir vu des toits de tôle ondulée s'envoler à l'arrivée sur terre du cyclone.

"L'intensité est très forte et ne ressemble en rien aux événements météorologiques que nous avons vu auparavant", a décrit ce professeur de 45 ans. Le Maharashtra et l'État voisin du Gujarat avaient préventivement évacué au moins 100.000 personnes de zones côtières à risques.

Le Maharashtra a ordonné la fermeture des bureaux mercredi et jeudi, interdit les rassemblements d'au moins quatre personnes et appelé les habitants à se confiner, au moment où les autorités commençaient à assouplir les restrictions en place depuis fin mars pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Les alertes sur une potentielle onde de tempête - brusque montée des eaux provoquée par le cyclone - d'un à deux mètres de haut restaient de mises mercredi après-midi. Les résidents de bidonvilles situés dans des zones de basse élevation se sont vu conseiller de se réfugier en hauteur.

Les cyclones sont extrêmement rares à Bombay, construite face à la mer d'Arabie. La dernière tempête d'importance à avoir frappé la ville remonte à 1948 et avait tué 12 personnes et blessé plus d'une centaine.

Ce cyclone apparaît deux semaines après le puissant cyclone Amphan, qui a fait une centaine de morts dans l'est de l'Inde et au Bangladesh et causé des dommages matériels considérables.