Cyclisme sur route : titre mondial pour l'Italienne Elisa Balsamo

·2 min de lecture

L'équipe d'Italie, qui a porté Elisa Balsamo vers le titre, a infligé un nouvel échec à son homologue néerlandaise dans la course dames des Mondiaux de cyclisme, samedi après-midi, à Louvain (Belgique).

Défaites aux JO de Tokyo où l'Autrichienne Anna Kiensehofer avait mené à bon port une longue échappée, les Néerlandaises se sont de nouveau inclinées, cette fois au sprint. Marianne Vos (34 ans), la plus titrée des +Oranje+, a pris la deuxième place, à une roue d'écart de la jeune Italienne (23 ans).

Balsamo, qui a participé aux JO de Tokyo sur la piste, a mis fin à une série de quatre victoires mondiales des Pays-Bas. Elle a redonné le titre à l'Italie qui l'attendait depuis les deux sprints vainqueurs de Giorgia Bronzini en 2010 et 2011.

"Cela aurait été impossible sans mon équipe qui a fait un travail extraordinaire", a remercié logiquement la jeune Piémontaise originaire de Cuneo (nord-ouest).

"Il fallait l'emmener le plus près possible de la ligne dans le sprint", a confirmé son aînée, Elisa Longo Borghini, qui a lancé le sprint à sa compatriote sur le faux-plat montant vers la ligne. Aux dépens de Vos, qui s'est retrouvée esseulée dans le sprint.

Un marquage strict

Vos, dont le troisième titre mondial remonte à 2013, a choisi de se placer dans la roue de Balsamo. Mais elle a été contrainte de suivre une trajectoire plus longue, à l'extérieur de la large courbe d'arrivée, et a échoué à remonter sa rivale.

"Vous vous rendez compte que j'ai battu Marianne Vos aujourd'hui ? C'est fou !", s'est exclamée la jeune Italienne, championne d'Europe espoirs l'année passée. "Dire que l'année prochaine je porterai ce maillot... Tout cela me semble incroyable. Mon copain est sur la ligne d'arrivée, ma famille me suit depuis chez moi: je suis contente de leur avoir donné cette joie".

Le strict marquage entre l'Italie et les Pays-Bas, clé de la course, a donc tourné à la défaveur des Néerlandaises qui ont accéléré à tour de rôle (Brand, van Vleuten, Blaak, van Dijk) dans les 60 derniers kilomètres. Leur tactique a eu pour effet d'user les sprinteuses, notamment la Belge Lotte Kopecky (16e) et l'Américaine Coryn Rivera (10e), mais les Italiennes ont résisté.

"On s'attendait à voir les Néerlandaises courir de façon plus agressive", a relevé Longo Borghini, troisième l'année passée derrière deux... Néerlandaises, Anna van der Breggen, qui met un terme à sa carrière cette saison, et Annemiek van Vleuten.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles