Cyclisme : « Marco Pantani a été tué ! », proclame son ancien dealer

Par LePoint.fr

Marco Pantani a notamment remporté le Tour de France 1998.

Ce témoignage rapporté par Le Matin relance la théorie selon laquelle on aurait forcé le coureur italien à consommer la cocaïne qui lui a été fatale.


En Italie, la mort mystérieuse d'il Pirata déchaîne les passions, encore et toujours. Quinze ans ont pourtant passé depuis la découverte, un jour de Saint-Valentin, du corps sans vie de l'enfant terrible du cyclisme, devenu vilain petit canard après un contrôle suspect quelques années plus tôt. Reclus dans une chambre d'un hôtel de Rimini, Marco Pantani a succombé à un oedème cérébral et pulmonaire causé par une surdose de cocaïne associée à des antidépresseurs. Au moment de sa mort, son visage est tuméfié, la chambre est sens dessus dessous.

Lire aussi De Cerdan à Arthaud, ces champions morts tragiquement

La thèse de l'homicide (par ingestion forcée de cocaïne), nourrie par des doutes de plus en plus persistants, ne sera écartée qu'en 2017 par la Cour de Cassation italienne rejetant un recours des avocats de la famille de Marco Pantani. Mais, en prime time à la télévision italienne, un nouveau témoignage relance toutes les spéculations. Le journal suisse Le Matin rapporte les éléments d'un documentaire diffusé mardi dernier sur Italia 1 qui relance la thèse de l'homicide à l'encontre du cycliste alors âgé de 34 ans, vainqueur du Tour 1998.

« Il était lucide »

Le témoignage est celui de Fabio Miradossa, dealer qui aurait fourni à MarcoPantani sa dernière dose. « Marco n'est pas mort comme ça, il a été tué, affirme-t-il. Peut-être celui qui l'a tué ne voulait-il pas le faire, mais il a été tué. Je ne sais pas pourquoi, à l'époque, les juges, la police et les carabiniers ne sont pas allés au fond de l'affaire. Ils ont dit que Marco était dans un délire de drogué, mais je suis convaincu que quand Marco a été tué, il était lucide. » Exclu du Giro 1999 pour un hématocrite anormal un an après avoir atteint les sommets du cyclisme mondial, Marco Pantani a sombré dans la drogue et la (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Mondiaux d'athlétisme : le beau bilan de l'Afrique derrière la locomotive Kenya
Ronaldinho, le magicien brésilien
Recevez la newsletter Le Point.fr