Cyclisme: la jeunesse au pouvoir dans les grands Tours

·4 min de lecture

Dans un sport où l’expérience et la maturité sont souvent nécessaires, ce sont des jeunes pousses qui ont pris le pouvoir au Tour d’Italie avec le Britannique Tao Geoghegan Hart et au Tour de France grâce au Slovène Tadej Pogacar. Le phénomène va-t-il perdurer ?

« Il y a un changement de génération, c'est clair », a avoué l’Italien Vincenzo Nibali, habitué des podiums sur le Tour d’Italie (Giro) durant les dix dernières années. Deuxième en 2019, Nibali avait comme objectif un troisième Giro après 2013 et 2016. Dimanche 25 octobre, le requin de Messine a conclu le 103e Tour d'Italie à une décevante 7e place au général. « J’ai dû faire face à un groupe de jeunes grimpeurs dont j'applaudis la performance, à commencer par le vainqueur Tao Geoghegan Hart », explique le champion italien, 35 ans, un des rares vainqueurs des trois grands Tours dans l'histoire du cyclisme (France, Italie, Espagne).

Une nouvelle tendance

Est-ce lié à la saison 2020 chamboulée par le coronavirus et propice aux qualités d'adaptation des plus jeunes ? La pandémie a probablement accéléré le phénomène et le constat est là : les jeunes se sont emparés du Tour de France (Egan Bernal en 2019, Tadej Pogacar en 2020) et, désormais, du Giro.

Derrière Tao Geoghegan Hart, 25 ans, on trouve l’Australien Jai Hindley, 24 ans. « C'est un énorme pas en avant dans ma carrière et ce sont trois semaines que je n'oublierai jamais. La suite ? je ne sais pas encore. J'ai envie de me donner un grand tour pour objectif, peut-être le Giro pour retrouver le maillot rose », dit-il. La quête du triplé sur le Giro pour Vincenzo Nibali risque d’être très compliquée.

Tout comme celle de Chris Froome, 35 ans, à la chasse d’un cinquième Tour de France (Grande Boucle) comme les illustres Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Miguel Indurain. Le Britannique avait déjà 28 ans lorsqu’il s’était imposé pour la première fois en 2013 sur la Grande boucle, quand Bernal n’en avait que 22, et Pogacar 21 ! Une précocité étonnante.

« C’est une nouvelle tendance. Avant, on disait qu’il fallait ménager et laisser mûrir les jeunes talents. On les faisait monter en puissance sur plusieurs années et c’est visiblement remis en cause », explique à RFI le Français Jean-Christophe Péraud, deuxième du Tour de France 2014 à 36 ans. Pour exemple, en 2011, l’Australien Cadel Evans décrochait le Tour de France lors de ses 34 printemps. L’année suivante, le Britannique Bradley Wiggins en avait déjà 32. Avec le même nombre d'années, son compatriote Geraint Thomas s'illustrait sur les routes françaises en 2018.

Émergence de nouveaux talents

Aujourd’hui, Geoghegan Hart arrive à point nommé pour devenir le porte-drapeau du cyclisme britannique à la place des stars vieillissantes que sont Chris Froome, et Geraint Thomas, qui a abandonné le Giro en tant que leader après une chute. Quant à Jai Hindley, il incarne l'émergence de nouveaux talents à côté de deux coureurs de 22 ans qui ont éclaboussé les deux derniers grands Tours, son coéquipier suisse Marc Hirschi en France, et le Portugais Joao Almeida en Italie avec 15 jours en rose et 4e au classement final.

« Je suis curieux de voir comment ils vont s’inscrire dans la durée car pour être à ce niveau-là, ils ont forcément dû énormément travailler dans la catégorie juniors », s'interroge Jean-Christophe Péraud. Les carrières de ces champions vont-elles durer moins longtemps ? Vont-ils pouvoir rééditer les mêmes performances dans les années à venir ou se sont-ils brulé les ailes dans un sport où l’on a l’habitude de dire que l’on est en pleine possession de ses moyens vers l’âge de 28 ans ?

Pour mémoire, l’Italien Damiano Cunego qui a remporté le Giro en 2004 à 23 ans n’est jamais remonté sur un podium malgré ses 20 participations suivantes aux trois grands Tours. Mais le cas de l’Espagnol Alberto Contador vient contredire cet exemple. El Pistolero a gagné ses sept grands Tours à partir de 25 ans. « Il va falloir un peu de recul pour analyser tout ça », conclut sagement Jean-Christophe Péraud.