Cyclisme : face au tollé chez les coureurs, l'UCI adoucit son règlement sur les jets de bidon

·3 min de lecture

L'Union cycliste internationale (UCI) est légèrement revenue mercredi sur son nouveau règlement interdisant aux coureurs de jeter leurs bidons au public. La mesure fait débat dans le peloton : plusieurs coureurs estiment qu'offrir un bidon à des spectateurs fait partie intégrante de la passion cycliste.

L'UCI fait un geste en matière de jets de bidon. L'instance internationale a annoncé mercredi 14 avril adoucir légèrement son nouveau règlement sanctionnant les jets de bidon et déchets face aux protestations d'une partie du peloton. Ainsi, un coureur ne pourra plus être exclu dès sa première infraction lors des courses d'un jour, ni être immédiatement pénalisé en temps lors des courses à étapes.

Depuis le 1er avril, un coureur jetant un bidon ou un déchet en dehors des zones dédiées était passible d'une mise hors course d'entrée, et le Suisse Michael Schär (AG2R Citroën) en avait fait les frais dès le 4 avril lors du Tour des Flandres.

Vague de soutien dans le peloton

Michael Schär s'était défendu de son erreur en rappelant que beaucoup de vocations de coureurs naissaient d'un don de bidon à des spectateurs, racontant une anecdote personnelle à propos d'une course à laquelle il avait assisté enfant dans un message sur Instagram : "Le meilleur moment de ce souvenir, c'est quand j'ai reçu un bidon de la part d'un coureur professionnel. Ce morceau de plastique que j'ai eu a rendu mon addiction au cyclisme totale. En ramenant ce bidon à la maison, cela m'a permis de me rappeler tous les jours de ce rêve. J'ai couru avec mon bidon de la Team Polti avec fierté tous les jours. Tous les jours", expliquait le coureur de 34 ans. "Maintenant, je fais partie de ces pros qui courent devant des spectateurs heureux. Pendant les moments calmes de la course, je garde toujours mon bidon vide jusqu'à ce que je voie des enfants sur le côté de la route."

Son exclusion immédiate avait suscité une vague de soutien chez ses collègues et le syndicat de coureurs, le CPA, avait demandé une révision du règlement, insistant sur l'article concernant la "remise de bidons aux fans sur le bord de la route".

Marc Sarreau, coéquipier de Michael Schär, a également publié sur Twitter la photo de la collection de bidons de son fils.

"Cela devient ridicule. Les règles sont les règles mais celles-ci doivent être changées. Les coureurs dédient tout leur hiver à la préparation des classiques et cette situation était claire : il n’était pas nécessaire de mettre un coureur hors course", avait également critiqué André Greipel, le sprinteur de l'équipe Israël Start-Up Nation.

L'UCI argue d'un danger

La fédération internationale a toutefois refusé d'autoriser à nouveau ces dons spontanés, estimant que les jets de bidon au public "constituent un danger avéré à la fois pour les coureurs et le public". C'est d'ailleurs un bidon revenu sur la route qui avait causé la chute du leader d'Ineos Geraint Thomas lors de la 3e étape du dernier Giro, entraînant son abandon le lendemain.

"L'UCI veut par ailleurs éviter que des fans, notamment des enfants, ne cherchent à s'approcher des coureurs pendant les courses, justifie-t-elle. Ce qui pourrait provoquer des accidents aux conséquences potentiellement dramatiques (choc avec des coureurs ou des véhicules de l'échelon-course par exemple)."

Reste que le peloton a obtenu gain de cause sur le barème des sanctions : un premier jet de bidon ou déchet en dehors des zones dédiées ne peut plus entraîner qu'une amende, de 100 à 500 francs suisses (90 à 450 euros), et un retrait de points UCI. Un deuxième est puni d'une mise hors course dans le cas d'une classique ou de 30 secondes de pénalité dans une course à étapes, où l'exclusion interviendra néanmoins après une troisième infraction.

Avec AFP