Comment les cybers-militants s'organisent pour influencer la campagne (et créer de la nuisance)

Esther Degbe
Une capture d'écran de la plateforme Discord où ces militants s'organisent.

RÉSEAUX SOCIAUX - Même après son investiture, Donald Trump a soutenu que la foule qui assistait à la cérémonie à Washington était aussi nombreuse que celle qui avait assisté à l'investiture de Barack Obama en 2008. Preuve qu'en politique la force du nombre est et reste un facteur très important quelque soit le statut de la personnalité politique.

Une chose que les militants actifs sur Internet ont très bien compris pendant la campagne présidentielle en France. Les sympathisants du Front national ont même développé une stratégie pour mettre en avant Marine Le Pen et la défendre.

"Il est difficile de savoir combien ils sont, et s'ils sont payés mais on imagine que le parti n'a pas besoin de le faire tant ils sont passionnés," nous a expliqué le data scientist d'une agence de communication stratégique parisienne. Cet expert en analyse de données a suivi les activités de ces militants chevronnés sur les réseaux sociaux. Il a aussi comparé leurs activités à celles d'autres militants: et les plus efficaces sont les sympathisants FN, selon lui, suivis de peu par les mélenchonistes, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Déterminés à imposer leur camp comme le plus fort et le plus représentatif, ils ont été les premiers à mettre en place des méthodes pour recruter des militants sur les réseaux sociaux et décrédibiliser leur adversaires en répandant des rumeurs grâce -par exemple- à des articles qui véhiculent des informations peu fiables.

Après étude des sources les plus consultées et les plus partagées par les militants en ligne, on remarque que "les sympathisants Front national partagent majoritairement des infos de sites peu fiables comme Boulevard Voltaire, Sputnik ou RT, alors qu'on va retrouver chez les autres candidats Médiapart ou Le Figaro par exemple", a t-il souligné.

Tous les ingrédients du jeu-vidéo

Ces militants veulent aussi donner l'impression qu'ils sont très nombreux. Et il semblent y parvenir grâce à une organisation bien...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages