Cyberharcelée, une entreprise bretonne dénonce les méthodes de L214

·1 min de lecture
Les adhérents de L214 ont lancé, lundi 8 novembre, une campagne de cyberharcèlement à l'encontre d'une entreprise bretonne de surgelés, Écomiam.
Les adhérents de L214 ont lancé, lundi 8 novembre, une campagne de cyberharcèlement à l'encontre d'une entreprise bretonne de surgelés, Écomiam.

L?association française de défense des animaux L214 a encore frappé. Ses adhérents ont lancé, lundi 8 novembre, une véritable campagne de cyberharcèlement à l?encontre d?une entreprise bretonne de surgelés, Écomiam, rapporte Réussir. Sur Facebook, de nombreux messages ont envahi les commentaires sous les publications du groupe. Dans ces posts ? quasi tous identiques ? ,les militants appellent l?entreprise à arrêter de se fournir dans « des élevages de poules élevées en cage », ne respectant pas, selon eux, le bien-être animal.

« Nous sommes depuis ce matin victimes d?une attaque des adhérents de l?association L214 », avait affirmé, lundi, le PDG de l?enseigne. Daniel Sauvaget indiquait avoir reçu entre 350 et 400 mails, mais aussi « des appels téléphoniques incessants au siège ». Mais ce dernier reste ferme. « Nous ne céderons pas à L214 », a-t-il ainsi assuré dans une vidéo publiée sur Facebook et sur Linkedin. Il précise que l?association « obtient grâce à ce type de méthodes de tous les distributeurs le fait de prendre des engagements qui leur vont bien », favorisant alors « l?avènement à l?échelon européen d?exigence de cahiers des charges ».

« Je soutiens Écomiam et continue de me fournir en bons produits Français »

Face aux réclamations de L214, Daniel Sauvaget a expliqué que son combat était « tout autre ». L?objectif de l?entreprise est en effet de respecter la rémunération des agriculteurs. Ainsi, Écomiam s?engage « pour que les agriculteurs aient de [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles