Cybercriminalité: un Français arrêté au Maroc risque 116 ans de prison aux États-Unis

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sébastien Raoult, un Vosgien de 21 ans, est accusé par la justice américaine de faire partie d’un groupe de cybercriminels spécialisés dans la revente de données sensibles volées. Aujourd'hui, sa famille se mobilise pour obtenir son retour en France.

Paul Raoult ne cesse de le répéter aux médias français : son fils est innocent. Impossible selon lui que Sébastien ait pu pirater les sites de plusieurs grandes entreprises, dont certaines américaines comme Microsoft, comme l'estime le FBI. Il y a erreur sur la personne et usurpation d'identité.

► À lire aussi : États-Unis: sur internet, les escroqueries par hameçonnage s’envolent

Mais d'après les autorités américaines, l'ancien étudiant en informatique fait partie des « ShinyHunters », un groupe de hackers connu pour avoir volé plus de 200 millions de données confidentielles depuis le printemps 2020. Des données ensuite revendues sur le darknet ou rendues après le versement de rançons. Certaines de ces opérations auraient été menées par des adresses IP françaises, et plus récemment marocaines, toutes reliées à Sébastien Raoult.

Attente d'extradition

Le jeune homme a été arrêté le 31 mai dernier à l'aéroport de Rabat alors qu'il s'apprêtait à rejoindre la France. Il faisait l'objet d'une notice rouge émise par Interpol à la demande de la justice américaine. Depuis, il est emprisonné et attend d'être extradé vers les États-Unis où il risque 116 années de prison.

Sa famille réclame qu'il soit jugé en France. Son avocat a déposé une demande auprès du parquet d'Épinal, qui ne s'est pas encore prononcé.

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - Un étudiant français accusé d'un vaste piratage par le FBI arrêté au Maroc: son père témoigne sur BFMTV

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles