Cybercriminalité: les données médicales de nombreux Australiens dérobées et divulguées

REUTERS - David Gray

« Nous savons qui vous êtes », c’est ce qu’a affirmé ce 11 novembre le chef de la police fédérale australienne qui faisait référence à des cybercriminels ayant fait main basse sur les données de près de 10 millions de clients de Medibank, l’une des principales compagnies d’assurances du pays. Il y a quelques jours, ils ont réclamé un dollar par fichier client dérobé. Les auteurs de ce piratage auraient été localisés en Russie.

De notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse

Pour montrer qu’ils ne rigolaient pas, les cybercriminels à l’origine du piratage de Medibank, à qui ils réclament une rançon de dix millions de dollars ont publié ce vendredi 11 novembre un troisième jeu de données sur le dark web, des informations détaillées sur la santé de 240 clients de l’assureur atteints d’alcoolisme…

Des cybercriminels originaires de Russie, et précisément identifiés par la police fédérale australienne. Son chef, Reece Kershaw a la ferme intention de les arrêter, avec le concours d’Interpol et de la police russe : « Nous pensons savoir qui sont les individus responsables (de cette attaque) mais nous ne les nommerons pas. En revanche, nous allons nous entretenir avec la police russe à propos de ces individus ».

De nombreux experts doutent de la coopération de la Russie dans cette affaire, les hackers concernés seraient membres d’un groupe désormais démantelé, REvil, spécialisé dans les rançons informatiques, qui a longtemps agi avec la bénédiction de Moscou.


Lire la suite sur RFI