Cyberattaques : pas de vote électronique aux législatives pour les Français de l’étranger

Libération.fr
Cyberattaques : pas de vote électronique aux législatives pour les Français de l’étranger

Les Français de l’étranger voteront de façon traditionnelle pour les élections législatives de juin 2017 et non par vote électronique, par précaution contre d’éventuelles cyberattaques, a annoncé lundi le Quai d’Orsay, au grand dam des députés sortants.

Les Français de l’étranger voteront de façon traditionnelle pour les élections législatives de juin 2017 et non par vote électronique, par précaution contre d’éventuelles cyberattaques, a annoncé lundi le quai d’Orsay.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères indique que «cette décision a été prise sur la base des recommandations des experts de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes informatiques (Anssi) et en tenant compte du niveau de menace extrêmement élevé de cyberattaques qui pourrait affecter le déroulement du vote électronique». «En raison de ce contexte, il a été jugé préférable de ne prendre aucun risque de nature à compromettre le scrutin législatif pour les Français de l’étranger», ajoute le texte.

Avant son officialisation par le gouvernement, l'information – révélée ce matin par Valeurs Actuelles – avait déjà causé un certain émoi auprès des députés sortants des circonscriptions concernés. A droite, Thierry Mariani, député de la 11e circonscription des Français de l’étranger (Europe de l’Est, Asie, Pacifique), évoque un choix «hallucinant», tandis que son homologue Frédéric Lefebvre (député des Français d’Amérique du Nord, 1ère circonscription) a lancé une pétition pour protester contre une décision «inacceptable».

La décision du Gouvernement de supprimer le droit de vote électronique pr les législatives est inacceptable
Signez
https://t.co/m4Z901n3tH https://t.co/NIkKbPV06T

— Frédéric Lefebvre (@FLefebvre_RF) 6 mars 2017

A gauche, Axelle Lemaire, ex-secrétaire d'Etat au numérique qui a quitté ses fonctions fin février pour se consacrer à sa campagne dans la troisième circonscription de l’étranger (Europe du Nord), parle d'un «déni démocratique» : «Modifier sans débat un (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Campagnes présidentielles: ce qui agitait les débats en mars 2007 et 2012
Force de convictions
Affaire Baupin : pourquoi l'enquête préliminaire est classée sans suite
Continuer avec Fillon ? Le camp Sarkozy au bord de la rupture
Faire battre le FN, «l’ultime devoir» de Hollande et Cazeneuve

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages