Cyberattaques contre le Cned : " quasiment impossible de trouver leur source "

·1 min de lecture

Des hackeurs russes à l’origine de l’attaque contre le site du Cned le mardi 6 avril ? L’hypothèse avancée par Jean-Michel Blanquer a suscité des railleries. Une semaine après, des sources affirment que les attaques seraient bien passées par des machines situées en Russie et en Chine, mais rien ne permet d’affirmer que leurs commanditaires y résident.

Mardi 6 avril, la reprise des cours à distance de la maternelle au lycée a rimé avec bugs. Le site du Cned qui accueille le dispositif " Ma classe à la maison " a ainsi été paralysé. Jean-Michel Blanquer a évoqué très tôt une " attaque venue de l’étranger ". Selon des sources proches de l’enquête citées par le JDD puis l’AFP, ces attaques auraient été émises depuis des machines localisées en Russie et en Chine, mais rien ne permet d’affirmer que leurs auteurs sont eux-mêmes russes ou chinois ou vivent dans un de ces pays.Une enquête a rapidement été ouverte par le parquet de Paris pour pour " accès frauduleux à un système de traitement automatisé " et " entrave au fonctionnement " d'un tel système. Selon sa direction contactée par Marianne, le Cned a transmis " l'ensemble des éléments techniques liés à ces attaques ", à la branche de la police chargée de cette enquête, l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC). L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) a également été saisie.Une attaque par déni de serviceAccusé de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Affaire Delphine Jubillar : un journal du Tarn victime de deux étranges cyberattaques

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Cyberattaque d'une station d'eau potable en Floride : les risques existent aussi en France

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français