La cyberattaque, la véritable force de frappe de la Corée du Nord

·1 min de lecture

Avec l'essor des nouvelles technologies, la cyberguerre est devenue un enjeu central dans les conflits internationaux. Voilà des années que les capitales étrangères s'alarment des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang. Mais pour certains experts, la menace nord-coréenne la plus immédiate n'émane pas de ses têtes de missiles mais de son armée de hackers capables des plus gros braquages en ligne.

Le régime reclus est sous le coup de multiples sanctions internationales pour ses programmes militaires interdits qui ont considérablement progressé sous la décennie de règne de Kim Jong Un. Mais tandis que la communauté internationale se mobilise contre les ambitions atomiques du Nord, Pyongyang a lentement mais sûrement développé ses aptitudes sur le terrain de la cyberguerre. "Les programmes nucléaires et militaires de la Corée du Nord sont des menaces à long terme, mais ses menaces cyber sont des menaces immédiates et réalistes", observe Oh Il-seok, chercheur à l'Institut pour la stratégie de sécurité nationale de Séoul.

Cette capacité de nuisance est apparue spectaculairement en 2014 quand Pyongyang a été accusé d'avoir piraté Sony Pictures Entertainment pour se venger de "L'interview qui tue", une satire tournant en dérision M. Kim. Depuis, le régime nord-coréen a été soupçonné pour nombre de cyberattaques d'ampleur, comme notamment le vol en 2016 de 81 millions de dollars à la Banque centrale du Bangladesh (BCB) ou encore l'attaque au rançongiciel WannaCry qui avait infecté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Plan de relance de l’économie : la France se refuse à “arroser le sable”
Pollution dans le métro : une plainte déposée contre la RATP
L'Irlande étrille le projet de fiscalité internationale de Joe Biden
Jeux Olympiques : un quotidien japonais partenaire de la compétition s'oppose à son organisation
Découvrez le nouveau trimaran de combat de l'US Navy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles