Cyberattaque : comment l'Ukraine résiste aux tentatives d'intrusion russes

© Mathieu Thomasset / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

C’est le rendez-vous annuel de l’Europe de la cybersécurité. Le Paris Cyber Summit s’ouvre ce mercredi à la Maison de la Chimie à Paris . Seront présents dix ministres européens, 300 décideurs et une soixantaine d’intervenants, dont Mykhailo Fedorov, le vice premier-ministre ukrainien en charge du numérique qui fera le discours d’ouverture depuis Kiev.

Depuis trois mois, la guerre en Ukraine  se joue aussi dans le cyberespace. Attaques sur les infrastructures critiques, désinformation, déstabilisation... Les tentatives d’intrusion se multiplient. Mais le "Pearl Harbor numérique", à savoir une cyberattaque de très grande ampleur que les experts redoutaient, n’a pas eu lieu.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Une cyberdéfense ukrainienne bien préparée

Mise à part celle qui a visé le satellite KA-SAT, une heure avant l’invasion russe le 24 février  et qui a entravé les communications de l’armée et de la police, l’architecture globale ukrainienne a résisté. Parce qu’elle était bien préparée, soutenue depuis 2014 par les Alliés et notamment les Américains. Mais les Russes continuent aujourd’hui encore de tenter de mettre à plat les systèmes informatiques du pays.

Selon Arthur de Liedekerke, ancien de l’état-major du commandement de la cyberdéfense et aujourd’hui project manager au cabinet de conseil Rasmussen Global, cette menace est de plus en plus grande à mesure que le conflit s’enlise. "Dans la plupart des scenarios plausibles qui se dessinent, on a M...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles