Cyber-attaque à l'hôpital de Corbeil: François Braun refuse que "la santé des Français soit prise en otage"

Le ministre de la Santé, François Braun, après sa visite à l'hôpital de Corbeil, objet d'une cyber attaque la semaine dernière.  - BFMTV
Le ministre de la Santé, François Braun, après sa visite à l'hôpital de Corbeil, objet d'une cyber attaque la semaine dernière. - BFMTV

Il y a moins d'une semaine, l'hôpital de Corbeil était la proie d'une cyber-attaque. En visite sur les lieux, le ministre de la Santé François Braun a dénoncé "une attaque inadmissible" et "lâche" sur notre antenne.

Le ministre a tenu à rendre hommage à la "résilience remarquable du système". Il a expliqué que les "services très informatisés redémarrent". "Cette attaque n'a pas de conséquence sur les patients et leur santé", a-t-il aussi tenu à rassurer.

Alors que les hackers avaient assorti l'attaque d'une demande d'argent, François Braun a tempêté: "Il est hors de question de payer la moindre rançon. La santé des Français ne sera pas prise en otage."

Un plan de "renforcement" des systèmes informatiques

Il annonce aussi un renforcement du plan pour la protection des systèmes d'informations contre ce type d'information. Un apport financier de 20 millions d'euros, "pour accélérer la vaccination et la protection de nos établissements de santé" est notamment prévu.

L'attaque informatique contre le Centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes, au sud-est de Paris, a eu lieu dans la nuit du 20 au 21 août, vers 1 heure du matin. Le fonctionnement de l'hôpital a été fortement impacté, et les patients à risque transférés vers d'autres hôpitaux. Ce matin, les outils informatiques de l'hôpital étaient toujours inaccessibles.

Article original publié sur BFMTV.com