"Curvee", le mot-clé qui contourne la censure sur Instagram

Instagram: la censure du réseau social détournée par ses utilisatrices avec le hashtag "curvee"

RÉSEAUX SOCIAUX - Tous les moyens sont bons pour contourner la censure. Jeudi 16 juillet, on apprenait qu'Instagram avait décidé de s'attaquer au hashtag "curvy", mot-clé notamment utilisé par des femmes "rondes" ou "tout en courbes" pour publier des photos d'elles et montrer qu'elles assument leurs formes. Un mot-clé parfois détourné de sa fonction et utilisé par certain(e)s pour publier des contenus érotiques.

Connu pour son puritanisme, le réseau social américain - qui appartient à Facebook - censurait déjà les photos montrant les seins de femmes (du moins leurs tétons) ainsi que... les emoji aubergines, censés véhiculer des contenus sexuels en raison de la forme du légume. Instagram a donc décidé de bloquer la recherche "curvy" car elle "viole les conditions d'utilisation" concernant la nudité, a expliqué un porte-parole au site Mashable.

Résultat, les internautes ont comme souvent trouvé une parade pour pouvoir continuer à partager des contenus relatifs aux "courbes" ou aux "formes". Et ils - ou plutôt elles, en l’occurrence - ne sont pas allées chercher très loin puisque c'est désormais le mot-clé "curvee" qui tient la corde, souligne Le Parisien, comme vous pouvez le voir ci-dessous:

"Cher Instagram, vous avez enlevé notre #curvy, mais vous n'aurez jamais nos courbes!"

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

• Cet acteur d'Orange Is The New Black veut "libérer les têtons" des femmes
• Les polémiques font-elles reculer la censure sur Facebook ?
• Facbook étudie ce que vous ne voulez pas publier
• Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici
• Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles