• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Ses chances de survie étaient inférieures à 1%" : voici Curtis, le plus grand prématuré au monde à avoir survécu

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Curtis Means a vu le jour le 5 juillet 2020 à Birmingham, aux États-Unis, avec 20 semaines d’avance. Il vient d’obtenir le titre du bébé le plus prématuré au monde à avoir survécu.

Il n’a que 16 mois et son nom est déjà inscrit dans le Livre Guinness des records. Le petit Curtis Means est venu au monde le 5 juillet 2020 après seulement 21 semaines de grossesse à l‘hôpital universitaire de l’Université d’Alabama de Birmingham (États-Unis). Il a été certifié mercredi 10 novembre comme étant le bébé le plus prématuré au monde à avoir survécu.

Le terme de la grossesse est normalement fixé à 41 semaines d'aménorrhée, c'est-à-dire 41 semaines après la date des dernières règles. Un bébé est considéré comme prématuré s’il naît avant la 36e semaine, grand prématuré s’il naît avant la 32e semaine et très grand prématuré s’il naît avant la 28e semaine.

VIDÉO - Air France au cœur de la polémique après avoir refusé d'embarquer un bébé malade

Sa sœur jumelle est malheureusement décédée

"La survie à cet âge gestationnel n’a jamais été observée auparavant", a déclaré le Dr Colm Travers dans un communiqué. Ses chances de survie étaient d’ailleurs inférieures à 1%. "Nous conseillons généralement des soins de compassion dans des situations d'accouchement extrêmement prématuré", a de son côté déclaré le Dr Brian Sims qui a procédé à l’accouchement.

Curtis a ainsi passé les 275 premiers jours de sa vie en soins intensifs durant lesquels il a eu besoin de soins 24 heures sur 24. Sa sœur jumelle C’Asya est malheureusement décédée un jour après leur naissance.

À 16 mois, le bambin a toujours besoin d’oxygène et d’une sonde alimentaire, mais les médecins assurent que dans quelques mois, voire semaines, il pourra les enlever et vivre comme un enfant de son âge.

VIDÉO - Sarah Ajorque, sage-femme : "Il n'y avait pas de place en salle de naissance. Je lui ai dit de rentrer chez elle. Je m'en suis voulu"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles