Les curieuses méthodes d’une directrice d’école parisienne

Timothée Boutry
Les investigations ont été confiées à la brigade de protection des mineurs

Une enquête a été ouverte après un signalement dénonçant la gestion brutale de l’école privée Les Moineaux à Paris (XVIe) par la directrice, déjà condamnée pour harcèlement moral sur une enseignante.


Sur son site Internet, les Moineaux – une école primaire et élémentaire privée hors contrat à Paris (XVIe arrondissement) – se targue d’appliquer une « méthode d’enseignement traditionnel dans le respect de la personnalité des enfants qui lui sont confiés ». Un discours vertueux pour cette école bilingue aux frais de scolarité très élevés qui apparaît pourtant en contradiction avec la situation décrite par plusieurs témoins qui mettent notamment en cause la gestion de la directrice de l’établissement, Sophie R.

Depuis juin 2017, suite au signalement effectué par deux couples de parents d’élèves, le parquet de Paris conduit une enquête préliminaire pour « violence sans incapacité par personne chargée d’une mission de service publique ». Les investigations ont été confiées à la brigade de protection des mineurs. « Il faut être prudent quant à l’issue des investigations », tempère une source judiciaire. L’Education nationale s’est également penchée sur l’établissement.

Les parents de Maël (NDLR : le prénom a été modifié) ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme. En avril 2016, alors que leur fils de 4 ans qui souffre d’un syndrome autistique léger est scolarisé aux Moineaux depuis la rentrée, ils sont sèchement convoqués par la directrice qui évoque un problème de santé. « Mme R. ne nous a donné aucune explication, sauf que son établissement n’était pas une maison de soins », se remémorent les parents, choqués.

«Rien de pire pour détruire la confiance d’un enfant»

Leurs courriers demeurant sans réponse, c’est en découvrant sur Facebook les mésaventures d’autres parents d’élèves qu’ils en apprennent davantage. « Un papa m’a expliqué que son fils lui avait raconté que la directrice prenait régulièrement Maël dans sa classe pour l’asseoir par terre en lui criant de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Un retraité provoque un accident et piège sa maison pour ne rien laisser à ses enfants
Attentats en Corse en 2012 : deux nationalistes acquittés, trois incarcérés
Grichka Bogdanoff : «Nous sommes victimes d’une réalité parallèle»
Aulnay-sous-Bois : quatre surveillants mis à pied pour avoir humilié un collégien handicapé
Gard : le directeur d’un collège catholique qui avait dénoncé un viol a été licencié