Des cultures entièrement détruites dans les Hauts-de-France et le Grand-Est à cause des intempéries

·1 min de lecture

AGRICULTURE - Des communes des Hauts-de-France réclament déjà la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Une pluie de calamités. Les agriculteurs de l’Aisne, de la Marne, de l’Oise et des Ardennes déplorent de « lourdes pertes » à la suite des intempéries « exceptionnelles » dans ces quatre départements, toujours en vigilance orange crues. Ces derniers jours, les régions Hauts-de-France et Grand-Est ont été confrontées à d’importantes intempéries (pluies, orages violents, grêle) qui ont entraîné des crues et des inondations et fortement touché les cultures agricoles.

Dans la Marne, où des pluviométries de 150 à 300 mm ont été enregistrées, « des cultures ont été totalement détruites comme le pois ou les lentilles, dévastés », a déclaré Christophe Songy, directeur général de la FDSEA de la Marne, qui déplore de « lourdes pertes ». « Des pâtures sont devenues inutilisables, et les bêtes obligées de repartir dans des étables. Certaines zones ont du mal à faucher, les moissonneuses-batteuses sont embourbées », a-t-il ajouté.

La ville de Soissons s’attend à un pic de crue de l’Aisne

Dans les Ardennes, 45 communes ont demandé la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, a indiqué mercredi la préfecture. Dans l’Aisne, « le bilan provisoire s’établit à 50.000 hectares impactés soit 10 % de la surface agricole du département », selon un communiqué publié (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Inondations en Europe : « Les catastrophes naturelles vont devenir de plus en plus violentes avec le dérèglement climatique »
Inondations en Allemagne : Merkel appelle à accélérer la lutte contre le changement climatique
Grand Est : Vers un retour à la normale après les intempéries

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles