"Ma culture vient du cinéma de genre" : Bertrand Bonello, président du jury du Festival du film fantastique de Gérardmer

Jacky Bornet
·1 min de lecture

Président du jury longs métrages du 26e Festival international du film fantastique de Gérardmer, du 27 au 31 janvier, Bertrand Bonello fait des films depuis 1994, et compte neuf longs métrages à son palmarès, dont Saint-Laurent et L’Apollonide, projetés en compétition à Cannes. Dans sa filmographie, Tirésia, Nocturama et Zombi Child flirtent peu ou prou avec le fantastique, tout comme son prochain film La Bête, avec Léa Seydoux et Gaspard Ulliel.

Nous lui avons demandé s'il avait des affinités particulières avec le genre et comment il appréhendait son rôle au sein d’un festival qui s’est refugié sur internet en raison de la pandémie de coronavirus.

Franceinfo Culture : Vous êtes président du jury Longs métrages du Festival de Gérardmer, votre dernier film Zombi Child relève du fantastique, même Nocturama a une ambiance fantastique. Quelles sont vos affinités avec le genre ?

Bertrand Bonello : Mon premier contact avec le cinéma vient du film de genre. J’habitais à la campagne à l’arrivée des cassettes VHS et des vidéo-clubs (années 1980, NDLR) et il y avait un marchand de journaux qui stockait les films qu’il recevait : ce n’était pratiquement que des films d’horreur. Quand j’avais douze-treize ans, tous les samedis, on en louait trois ou quatre avec un copain et on a fait ça (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi