Le secteur sinistré du cinéma ne perd pas espoir

"Souvenez-vous l’an dernier, nous étions devant la salle Pleyel au beau milieu d’une manifestation féministe anti Polanski", rappelle la journaliste de France Télévisions Nathalie Hayter, en duplex depuis la salle de spectacle de l’Olympia, à Paris. Cette année, nouvelle salle, nouvelle assemblée, nouvelle direction, et surtout une cérémonie sans public. Autre nouveauté cette année : "Un nombre beaucoup plus restreint de films", explique la journaliste. "Je vous rappelle qu’en 2020, durant 5 mois les salles de cinéma ont été fermées. Il a fallu jongler avec les films qui ont pu passer entre les mailles du filet". 400 films attendent leur sortie En effet, jusqu'à 400 films attendent leur sortie... Les exploitants de salles de cinéma ne baissent pas les bras pour autant. L’industrie du cinéma ne manque pas de projets pour reconquérir le public. Le dernier en date, à Paris, est un hôtel de cinéma. Ici, le projectionniste est le client qui choisit son programme sur une tablette parmi des dizaines de milliers de films. La lumière se baisse et le projecteur se met en marche dans la chambre : cette approche intimiste séduit déjà des clients.