8e jour d'occupation au Théâtre de l'Odéon, épicentre de la contestation des artistes

Une cinquantaine de comédiens, musiciens et techniciens occupent le théâtre de l’Odéon à Paris depuis le 4 mars. Catherine Ambach, violoniste professionnelle depuis 32 ans, ne s’est pas produite en concert depuis le mois de septembre. “Je suis extrêmement triste, je suis parfois désespérée, mais je lutte. Au début il y avait de la sidération, ensuite on nous a demandé d’être créatif, on l’a toujours été, donc on fait des captations, des enregistrements, mais on a atteint nos limites et on ne voit toujours pas le bout du tunnel”, explique-t-elle. Une reprise espérée Les occupants sont tolérés par la direction. Le bar est le lieu de rassemblement où des actions s’organisent. Ils espèrent une reprise d’activité et surtout un financement pour l’emploi des artistes. L’“année blanche” pour les intermittents doit également être reconduite, selon les syndicats. “Nous le disons depuis plusieurs mois mais nous avons l’impression de prêcher dans le désert”, selon Philippe Gautier, secrétaire général du SNAM-CGT. 20 millions d’euros d’aides supplémentaires ont été annoncées par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. "Des miettes" estime la CGT qui invite les autres syndicats du secteur à se joindre au mouvement, qui touche aujourd'hui une dizaine de lieux.