"Tous les culots" : Aurore Bergé donne du fil à retordre à Emmanuel Macron

·1 min de lecture

Elle constitue une figure à part dans la Macronie. Considérée par certains comme un "vrai pitbull", Aurore Bergé ne cesse de faire parler d'elle. Contre l'avis d'Emmanuel Macron, la députée des Yvelines a porté l'amendement au projet de loi "séparatismes" sur l'interdiction du port du voile pour les petites filles, finalement jugé irrecevable par la commission spéciale. Ce 26 janvier, la parlementaire, également présidente du groupe LREM à l'Assemblée nationale, repartira au combat au sein de l'hémicycle lors de l'examen de la proposition de loi de la majorité sur le bien-être animal. "Aurore a tous les culots. Elle est intelligente et courageuse. Il ne lui manque pas grand-chose mais elle devrait se canaliser", estime un conseiller de l'exécutif, qui la connaît bien auprès de L'Opinion.

La députée de 34 ans peine pourtant à faire consensus, voire agace dans les plus hautes sphères de l'Etat. "Elle insupporte en haut lieu, notamment dans sa façon de survaloriser les attaques dont elle fait l’objet", détaillait un proche d'Emmanuel Macron dans un autre article de L'Opinion. Cette méfiance a eu des conséquences sur son destin politique, elle qui a vu passer l'opportunité d'intégrer le gouvernement de Jean Castex, notamment au ministère de la Culture. Un poste désormais occupé... par son ancienne témoin de mariage, Roselyne Bachelot.

Reste qu'Aurore Bergé est devenue au cours des dernières années un atout communication non négligeable de La République en Marche. Toujours prête à (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Jacques et Gabriella de Monaco : des jumeaux pas tout à fait comme les autres
VIDÉO - Inceste : le témoignage puissant de Loubna Méliane porte-parole d’Europe Écologie Les Verts
Affaire Harvey Weinstein : Carla Bruni a évité le pire grâce à sa famille, « son bouclier »
Prince Harry : cette règle au poil qui vient d'être modifiée par l'armée "grâce" à lui
Melania Trump : sa vie en Floride compromise à cause de Donald ? "Ils ne veulent pas de lui"