Comment les Cuisines Schmidt ont surfé sur l’incroyable mode des "buffets"

·1 min de lecture

Ils s’appelaient "Heidi", "Astrid" ou "Brigitte". Mais derrière ces prénoms féminins, ne vous y trompez pas, se trouvaient des meubles ! Après la Seconde guerre mondiale, la famille Schmidt, propriétaire des célèbres Cuisines du même nom, a bâti sa réputation sur un modèle pas comme les autres : les "buffets". Une mode que l’entreprise toujours familiale tente de relancer...

Des buffets imaginés entre l'Allemagne et la France

Dans la géographie de la famille Schmidt, il y a deux villes importantes. La première, Türkismühle, se trouve en Allemagne. C’est là qu’en 1934, un certain Hubert Schmidt, qui est alors maçon, décide de créer une petite entreprise. La seconde, Lièpvre, se trouve en France, au sud de Strasbourg. En 1959, quand la Sarre est définitivement rattachée à l’Allemagne, c’est là que le groupe Schmidt déménage pour mieux se relancer.

Le premier modèle "Heidi"
Le premier modèle "Heidi"

Dans cette usine, sont alors fabriqués des "buffets", ces grands meubles imposants qui trônent dans les salles à manger. On y range des verres, on y expose des bibelots. "C’est pratique et décoratif en même temps, pile dans l’air du temps", raconte Elisabeth Assayag dans le podcast Europe 1 Studio "Marques de famille" dont un épisode est co...


Lire la suite sur Europe1