La cueillette de l'arnica limitée à 600 kilos dans les Vosges à cause de la sécheresse

Le Conseil départemental des Vosges a annoncé jeudi qu'en raison des "sécheresses successives" qui touchent le massif il limitait à 600 kilos cette année la cueillette de l'arnica, plante très utilisée par les laboratoires pharmaceutiques qui espéraient pouvoir en récolter cinq tonnes.

Habituellement, "8 à 10 tonnes de plantes entières en moyenne" sont récoltées dans cette région, lorsque elle "est présente en abondance" afin de "satisfaire la demande des laboratoires pharmaceutiques", précise le département dans un communiqué.

Mais "depuis 2019, l'arnica se fait de plus en plus discrète en raison notamment de la modification du régime des pluies et des sécheresses successives ce qui contraint à limiter les quantités prélevées", ajoute le département.

Le massif Vosgien fournit "les trois quarts de la ressource sauvage récoltée en France", poursuit le Conseil départemental, et les cueilleurs et laboratoires souhaitaient en récolter cinq tonnes cette année.

Toutefois, "pour préserver la ressource", le parc naturel régional des Ballons des Vosges, le Conseil départemental et les communes concernées n'ont donc autorisé le prélèvement que de 600 kilos.

Fleur sauvage prisée pour ses vertus anti-inflammatoires, l'arnica est ensuite transformée en gélules, huile, gel ou crème.

Alors que la décennie 2011-2020 a été la plus chaude jamais enregistrée, les records de température tombent les uns après les autres.

La France connaît des canicules de plus en plus fréquentes: la multiplication, l'intensification et l'allongement de ces phénomènes constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique, selon les scientifiques.

mby/bdx/ide

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles