A Cuba, le roi d'Espagne face à l'arbre fondateur de La Havane, 500 ans après

1 / 3
Le roi Felipe VI d'Espagne (c) et la reine Letizia (g) et l'historien de la ville Eusebio Leal (d), le 13 novembre 2019 à La Havane, pour les 500 ans de la capitale cubaine

La Havane (AFP) - C'est à l'ombre d'un arbre comme celui-ci que La Havane s'est fondée, le 16 novembre 1519 : le roi et la reine d'Espagne ont pu admirer mercredi le ceiba (fromager), un arbre autour duquel les habitants tournent trois fois à chaque date-anniversaire de la naissance de la capitale cubaine, pour avoir de la chance.

Pour leur première visite d'Etat à Cuba, entamée mardi, le couple royal s'est promené mercredi matin dans le quartier historique de La Havane, accompagné de l'historien officiel de la ville, Eusebio Leal.

Leur présence, à l'occasion des 500 ans de la capitale, est considérée comme un geste politique fort à un moment où ce pays socialiste est soumis à une intense pression diplomatique des Etats-Unis, qui accusent le gouvernement cubain d'opprimer son peuple et de soutenir militairement le Venezuela de Nicolas Maduro.

Entouré d'un important dispositif de sécurité, le roi Felipe VI, portant une guayabera, la traditionnelle chemise cubaine, et la reine Letizia ont foulé les rues pavées de la vieille Havane, classée en 1982 par l'Unesco au Patrimoine mondial.

Le 16 novembre 1519, c'est à l'ombre d'un fromager qu'avaient été organisés la première messe et le premier conseil municipal de San Cristobal de La Havane. Pour les spécialistes, c'est l'acte fondateur de la cité, créée par des colons espagnols, l'île étant ensuite restée dans le giron de Madrid jusqu'en 1898.

Face à l'arbre, Eusebio Leal a expliqué aux monarques la tradition populaire qui consiste, tous les 15 novembre à minuit, à en faire trois fois le tour en formulant le même nombre de voeux.

Dans l'après-midi, le couple royal recevra les représentants de la communauté espagnole à Cuba (150.000 personnes) et de la société civile cubaine.

Jeudi, Felipe et Letiza visiteront le Musée national des Beaux Arts auquel ils remettront un autoportrait de Goya, prêté pour un mois par le musée madrilène du Prado, avant de se rendre dans l'après-midi à Santiago de Cuba (sud-est), la dernière étape de leur périple cubain.

Le couple royal quittera l'île avant la date officielle des 500 ans de La Havane, occasion de célébrations organisées vendredi et samedi où sont attendus plusieurs dirigeants latinoaméricains.