Cuba: l'activité privée désormais autorisée dans presque tous les secteurs

·1 min de lecture

Cuba ouvre son économie à l'activité privée. Elle est désormais autorisée dans la grande majorité des secteurs alors que jusqu'à présent seul une poignée d'activités, précisément listées, pouvait y accéder. L'objectif du gouvernement cubain est d'augmenter l'emploi et la production.

C'est une étape importante, dixit le ministre de l'Économie Alejandro Gil. La liste des 127 activités autorisées au privé n'est plus. Désormais il sera possible de prendre une licence dans un grand nombre de secteurs. Actuellement 600 000 Cubains travaillent dans le privé. Cela représente 14,5% de la population active. Principalement dans la restauration, les taxis ou encore les locations de chambre aux touristes.

Cette ouverture du gouvernement, ce n'est pas un changement d'idéologie, elle se fait dans un souci d'augmentation de la production selon Jérôme Leleu spécialiste de l'économie cubaine :

« Là on va avoir un basculement avec un secteur privé qui va pouvoir se développer dans un ensemble de secteurs productifs et en particulier je pense au secteur agroalimentaire. Il y a un enjeu également de concurrence, de compétitivité beaucoup plus importante qui va se jouer entre le secteur privé et le secteur d'État. Les autorités cubaines ont besoin pour substituer les importations d'augmenter la production nationale, et le secteur privé est vu comme une source potentielle d'augmentation de cette richesse nationale. Donc c'est aussi un choix de survie économique et également politique. »

Cent vingt-quatre secteurs devraient toutefois rester réservés à l'État. Des domaines stratégiques comme la presse, la santé et la défense.

À écouter et lire aussi : Cuba: entreprendre dans un pays socialiste