Cuba, Iran, Qatar... les sanctions économiques servent-elles à quelque chose ?

"Nous avons oublié le goût du véritable parmesan", se lamentaient en août dernier nos confrères de Gazeta.ru, site d’information russe. Peut-être, mais pas celui du fromage français… Pour contourner l’embargo sur les produits alimentaires occidentaux décrété par Moscou en 2014 –­en réponse aux sanctions de l’UE et des Etats-Unis après l’annexion de la Crimée­ –, deux petits entrepreneurs, Philippe Nyssen et Frédéric Piston d’Eaubonne, ont en effet trouvé la solution : faire fabriquer sur place saint-marcellin, crottins et bouchons, désormais impossibles à importer. Bien que pas tout à fait d’origine garantie, ces coulants français made in Russia ont tout de suite rencontré un franc succès au pays des ours, si bien que la société de nos deux compères, baptisée Grand Laitier, y affiche aujourd’hui des résultats enviables. Comme quoi, dans certains cas, les sanctions économiques peuvent s’avérer une bénédiction pour les affaires !

Que des petits malins cherchent aujourd’hui à profiter de la situation n’a rien d’étonnant. Ces derniers temps, les frappes au portefeuille sont devenues tellement courantes dans les relations internationales qu’elles font pour ainsi dire partie du paysage. Russie, Iran, Cuba, Corée du Nord, Venezuela, Birmanie, Zimbabwe, Nicaragua, Syrie, Yémen… Chaque année ou presque, un nouveau pays vient allonger la liste des Etats voyous, ou supposés tels, condamnés au régime sans sel par d’autres puissances, en général les Etats-Unis, l’Europe, l’Australie, le Canada, quand ce n’est pas tout simplement l’ONU. Dernière en date à passer à la moulinette, la Turquie, coupable d’avoir lancé ses chars contre les Kurdes au nord de la Syrie, semblait particulièrement mal en point, Donald Trump lui ayant promis rien de moins que "l’anéantissement économique" si elle "dépassait les limites". Fort heureusement pour elle, le président américain a annulé quelques jours plus tard d’un tweet ce programme de travail, qui promettait pourtant d’être réjouissant.

>> À lire

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le numéro trois de Nissan démissionne, Ségolène Royal sommée de s’expliquer sur ses absences au Conseil de l’Arctique… Le flash éco du jour
Des stars d'Instagram ont-elles fait la promotion d'une boisson au cyanure ?
Cartes cadeaux et bons de réduction : un lâcher de Noël tourne au fiasco en Australie
États-Unis : un homme cambriole une banque avant d'offrir l'argent aux passants
Ségolène Royal va devoir s'expliquer sur ses absences au Conseil de l'Arctique