Cuba: face à une accélération des contaminations La Havane repasse sous couvre-feu

·2 min de lecture

À Cuba, après un an de crise du coronavirus plutôt bien maîtrisée, les cas de contamination remontent en flèche. Le gouvernement cubain veut éviter à tout prix de fermer à nouveau ses frontières, alors une quarantaine est désormais obligatoire à partir de ce samedi 6 février pour tous les voyageurs et un couvre-feu s’impose encore à La Havane.

Avec notre correspondante à La Havane, Domitille Piron

La Havane se referme après un nouveau pic des cas de contamination à la Covid-19. Ces dernières semaines le pays enregistre en moyenne 1 000 nouveaux cas par jour alors que jusqu’à présent les données quotidiennes affichaient une cinquantaine de contaminations.

Le gouvernement avoue faire face à des difficultés quant aux nombres de place disponibles dans les hôpitaux et à l’analyse des résultats des tests PCR alors les mesures sanitaires sont renforcées.

Un couvre-feu la nuit est de nouveau mis en place à La Havane, et il est désormais interdit sauf motif impérieux d’entrer ou sortir de la capitale.

Tous les voyageurs en provenance de l’étranger, en plus de devoir présenter un test PCR négatif et d’en réaliser un à l’arrivée, seront mis en quarantaine au moins une semaine : dans des hôtels d’État pour les touristes à leur frais et dans des centres d’isolement pour les résidents.

Le nombre de vols a été drastiquement réduit, notamment ceux en provenance des États-Unis, du Mexique et du Panama.

Mais le gouvernement veut éviter à tout prix de refermer ses frontières et en appel à la responsabilité de chacun tout en augmentant le montant des amendes. Enfreindre les règles sanitaires peut désormais coûter aux cubains 2 000 pesos, soit 70 euros, c’est deux fois le salaire moyen à Cuba.

► À lire aussi : Coronavirus: Cuba donne de nouveau un tour de vis