Cuba a alerté la Colombie d’un risque imminent d’attentat de la guérilla ENL à Bogota

·1 min de lecture

Selon un message discret de l’ambassadeur cubain à Bogota, la Colombie pourrait faire face dans les prochains jours à un attentat de l’Armée de libération nationale (ELN), la dernière guérilla encore active dans le pays, a annoncé le gouvernement colombien.

C’est une information peu habituelle que l’ambassadeur cubain à Bogota vient de transmettre : José Luis Ponce aurait informé les autorités colombiennes que l’Armée de libération nationale (ELN), allait commettre dans les prochains jours un attentat dans la capitale colombienne.

Cette guérilla était déjà derrière l’attentat contre une académie de police en 2019 qui avait 22 victimes, entre autres.

Après l’échec des discussions dans le cadre d’un accord de paix avec des représentants du gouvernement colombien, une partie des responsables de la dernière guérilla active en Colombie est restée à Cuba, où s’étaient déroulées les discussions en 2018. Ce seraient ces mêmes responsables de l’ELN qui auraient transmis l’information aux autorités cubaines.

Un message envoyé à l'administration Biden

En tenant informé le gouvernement colombien, La Havane tente peut-être de donner un gage de bonne conduite à l’administration américaine. Car avant de quitter le bureau ovale, l’ancien président américain Donald Trump avait décidé de réinscrire Cuba dans la liste noire des États soutenant le terrorisme le 11 janvier 2021.

Selon des responsables colombiens, cette décision avait été prise à la suite du refus des autorités cubaines d’extrader des membres de l’ELN responsables de l’attentat de 2019.