CSG, CRDS... : pourrez-vous échapper à une hausse des prélèvements sociaux dans les prochaines années ?

·1 min de lecture

C’est une petite musique qui monte. Alors qu’il y a quelques jours la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) préconisait, dans un avis, d’augmenter de 0,28 point de la Contributions sociale généralisée (CSG) pour financer la dépendance, la question de la hausse des prélèvements sociaux apparaît de nouveau dans une note d’étape du Haut conseil du financement de la protection sociale (HCFiPS). Ce document a été remis au Premier ministre, ce mercredi 24 mars. Mandaté par l'exécutif pour déterminer les conditions de rééquilibrage des comptes sociaux après la crise, cette instance qui réunit des partenaires sociaux, des parlementaires et des représentants des organismes de Sécurité sociale, émet des pistes de réflexion. Elle alerte d’emblée qu’en “l’absence d’une orientation claire entre dette et compte courant, il est très probable que soit l’assurance maladie sera durablement déséquilibrée, soit une hausse des prélèvements sociaux s’avérera nécessaire”.

L'hypothèse d’une hausse des prélèvements sociaux est donc présentée par le HCFiPS comme le dernier recours d’autant que, pour le moment, le gouvernement prend bien soin de rappeler qu’il l’écarte. Mais si ce levier ne peut pas être activé en premier, quelles sont les autres solutions existantes pour faire face aux déficits colossaux annoncés et attendus ? Pour rappel, en 2020, le déficit de la Sécurité sociale atteint 38 milliards d’euros, dont 30 milliards rien que pour l’Assurance maladie. “En partant d’un déficit (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En mal de devises, la Syrie arrête d’importer des smartphones !
Les étonnants appels reçus par la gendarmerie des Côtes d’Armor
La plus grande peinture du monde vendue aux enchères à Dubaï
L’Allemagne va lever une dette record en 2021
Chine : à Pékin, la vaccination récompensée par des coupons de supermarché