Le CSA est trop "souvent réduit à une mission de gardien de la déontologie des programmes" selon son président

franceinfo

Roch-Olivier Maistre, le président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), a prononcé le premier discours du festival Médias en Seine dans le studio 104 de la Maison de la Radio mardi 8 octobre. Il a notamment estimé que le CSA, le régulateur des médias audiovisuels en France, était trop "souvent réduit à une mission de gardien de la déontologie des programmes". Il affirme que "la dimension proprement répressive de la régulation ne représente qu'une petite partie de l'activité du CSA".

Il explique que "le CSA a acquis involontairement une relative notoriété. Certaines séquences de radio ou de télévision peuvent défrayer la chronique. Cela occasionne des saisines massives du grand public. On nous réduit souvent à une mission de gardien de la déontologie des programmes. C'est une vision déformée." Selon Roch-Olivier Maistre, la mission du CSA est d'être un garant "de la liberté de la communication." Il poursuit : "L'objectif du législateur n'était pas de créer un censeur ni un gardien d'un quelconque ordre moral, ni de brimer les humoristes." Ainsi, Roch-Olivier Maistre affirme que pour l'année 2018, le conseil a prononcé deux sanctions et 56 mises en demeure.

Cette régulation a accompagné le formidable développement des médias audiovisuels dans les dernières décennies

Roch-Olivier Maistre

Lors (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi