Non, le CSA n'a pas demandé à Canal+ d’arrêter sa diffusion en clair le 31 mars

1 / 2

Non, le CSA n'a pas demandé à Canal+ d’arrêter sa diffusion en clair le 31 mars

« Ce n’est pas nous qui avons décidé de la date du 31 mars ! », s'agace l’équipe de communication du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). L’info a pourtant été largement relayée sur les réseaux sociaux, avec plus de 11 000 tweets publiés avec le #boycottTF1 à 16 heures, ce vendredi 20 mars : l'autorité aurait demandé à Canal+ de cesser la diffusion gratuite de la chaîne, entamée après l'annonce du confinement. Pourtant ni le CSA, ni TF1 ne sont derrière cette décision. Explications. 

« Le CSA demande à Canal+ »

Tout part d’un tweet du compte Destination cinéma, spécialisé dans l’actu ciné, qui a relayé un extrait de l’interview donnée par le président du CSA, Roch-Olivier Maistre au journal spécialisé La correspondance de la presse datant du jour même. Dans l’extrait on peut lire que « l'opération que Canal + a lancée ne peut être que limitée dans la durée car elle est de nature à altérer l'équilibre entre les chaînes payantes et les chaînes gratuites. Elle est de nature à remettre en cause la chronologie des médias et elle pose des questions vis-à-vis des autres diffuseurs et des ayants droit » dans la bouche du patron du CSA. Il tient ensuite à rappeler que « le CSA est aussi là pour rappeler aux acteurs qu'il y a une règle d'ensemble qu'il faut veiller à respecter même si nous faisons preuve de compréhension […] Nous sommes le relais des préoccupations des acteurs auprès du gouvernement...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi