Cryptomonnaies : en France, la difficile percée des distributeurs de bitcoin

·2 min de lecture

Huit distributeurs de bitcoins ont été saisis ce vendredi 21 décembre dans plusieurs villes françaises. Un dispositif encore peu connu du grand public français, aujourd'hui dans le viseur de la justice.

Voilà qui ne va pas améliorer la réputation du bitcoin. Apparue en 2009, cette monnaie virtuelle qui échappe à la régulation des banques centrales est souvent accusée de blanchir l’argent de la drogue ou de servir au financement du terrorisme. Vendredi 21 décembre, huit distributeurs de bitcoin ont été saisis dans toute la France et placés sous scellés dans le cadre d’une enquête pour blanchiment aggravé. Une opération qui met sur le devant de la scène les distributeurs de monnaies virtuelles, dispositif encore peu répandu en France.Peu connus du grand public français, ces distributeurs situés en pleine rue ou dans des boutiques permettent d’échanger de l’argent liquide contre des monnaies virtuelles. Le plus souvent, des bitcoins, une monnaie dont le cours hautement volatil oscille aujourd'hui entre 18 000 et 20 000 euros - contre 5 500 euros il y a un an.Le principe de ces distributeurs est simple : les utilisateurs y déposent des espèces, alors créditées en bitcoins sur leur « wallet », un portefeuille virtuel. Ils peuvent ensuite utiliser cette somme pour payer auprès des quelques enseignes qui acceptent la cryptomonnaie. A l’inverse, sur certaines machines, les clients peuvent aussi retirer de l’argent liquide déduit de leur pactole virtuel.Des distributeurs peu...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex