Crypto-monnaie, Lamborghini, Thermomix… Les biens de criminels confisqués ont été multipliés par deux en 2021

© AFP

Il n’y a pas d’argent sale. Créée il y a dix ans, l’Agence chargée des avoirs saisis et confisqués, Agrasc, revend les objets confisqués par la justice aux criminelles pour réparer les dommages causés à la société et indemniser les victimes. En 2021, 202 biens immobiliers ont ainsi été confisqués, contre 140 en 2020, soit une augmentation de 44 % en un an. Parmi les saisis les plus courantes, les voitures (21 % des biens vendus en 2021), le matériel informatique, les vêtements de marque, les bijoux et montres et enfin les vins et alcools.

Au total, sur l’ensemble de l’année, le montant global des ventes a atteint 13,2 millions d’euros, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2020. Un butin par la suite reversé au budget général de l’Etat, à des associations de prévention en matière de stupéfiants, de proxénétisme ou de traite d’êtres humains, aux victimes ou bien directement aux services de police.

Un lot composé d’un Thermomix et d’un sèche-cheveux acheté 1 800 euros

Ces enchères attirent chaque année des acheteurs de plus en plus nombreux à venir chasser la bonne affaire. Il faut dire que le catalogue présentée à l’occasion de la vente de ses dix ans était digne de Sotheby's. Les 6 000 curieux qui y participaient ont ainsi pu enchérir sur une montre Richard Mille, adjugé 295 000 euros, une Lamborghini Aventador partie à 227 000 euros, des lingots de palladium ou, plus surprenant, un lot composé d’un Thermomix et d’un sèche-cheveux, acheté 1 800 euros. Bilan total de la...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles