Publicité

Crues: l'Yonne et la Côte-d'or dans le rouge, la Vienne en décrue

La ville de Chinon (Indre-et-Loire) touchées par d'importantes crues, le 31 mars 2024 (Pascal LACHENAUD)
La ville de Chinon (Indre-et-Loire) touchées par d'importantes crues, le 31 mars 2024 (Pascal LACHENAUD)

La rivière Armançon, en Côte-d'Or et dans l'Yonne, doit atteindre son pic dans la nuit de lundi à mardi, après une montée des eaux forte et rapide dans ces deux départements placés en vigilance rouge crues.

L'Indre-et-Loire, qui était en vigilance rouge depuis samedi, est en revanche repassée en orange lundi après-midi à la faveur d'une décrue de la Vienne.

En Bourgogne, les eaux de l'Armançon, affluent de l'Yonne, sont montées rapidement, atteignant par endroits des niveaux inédits.

"La crue est arrivée trop soudainement" vers 9H30 du matin, a déclaré à l'AFP le maire d'Aisy-sur-Armançon (Yonne), Olivier Murat. Des routes ont été coupées, une vingtaine personnes évacuées, a-t-il dit.

L'eau est montée à 2,89 mètres dans cette commune entre 16H30 et 18H40, selon le site de Vigicrues. Ceci devrait marquer son pic, selon la préfecture. Le dernier record enregistré à Aisy-sur-Armençon remonte au 4 mai 2013, à 2,45 m.

A Montbard, en amont, des rez-de-chaussée de maisons étaient inondés, a constaté un photographe de l'AFP.

"L’onde de crue va ensuite de déplacer vers l'aval pour atteindre le Tonnerrois vers 20H00", selon la préfecture de l'Yonne. La population locale "est appelée à la plus grande vigilance, car la montée des eaux va se poursuivre dans la soirée et toute la nuit, jusqu’à la matinée de mardi", avertit-elle.

Plus de 200 foyers étaient concernées par des coupures d'électricité préventives, qui pourraient être étendues en fonction de l'évolution de la situation, selon la préfecture.

- Dégâts matériels -

Toujours par précaution, des habitants de Semur-en-Auxois, riverains de l'Armançon, ont été évacués dans la nuit de dimanche à lundi, a expliqué à l'AFP le Premier adjoint Jean-Claude Pernette. "On ne pensait pas que la rivière allait monter autant": "des secteurs ont été complètement inondés", a-t-il détaillé.

Selon la préfecture de Côte-d'Or, 40 personnes ont été accueillies dans une salle de cette commune, 12 personnes ont été évacuées du camping de Venarey-les-Laumes et 18 secourues par hélicoptère dans des gîtes à Buffon.

Avec une montée des eaux et des débordements "plus vite que ce qu'on pouvait anticiper" à partir de 4H00 du matin, "il y a beaucoup de caves inondées", "il y aura beaucoup de dégâts matériels, sur des équipements publics aussi", a décrit le maire de Venarey-les-Laumes, Patrick Molinoz.

En Indre-et-Loire, 562 personnes ont été évacuées depuis samedi. Toutes sont appelées à rentrer chez elles et "il reste désormais à évaluer les dégâts", a indiqué le sous-préfet de l’Indre-et-Loire, Guillaume Saint-Cricq, lors d'une conférence de presse.

"On a été surpris par l’intensité du phénomène. On ne s’y attendait pas. (...) C’est arrivé très vite", a-t-il reconnu, saluant "la forte résilience des habitants": ils "ont l’habitude de vivre avec le fleuve et les rivières, on a eu peu d’appels" pour les secours d’urgence, a-t-il expliqué.

Outre les humains, "on a évacué aussi des animaux, des taureaux, des chevaux et des vaches, un parc animalier", a indiqué le sous-préfet.

- Kayakiste -

Dans plusieurs rues de Chinon, des habitants avaient tenté de barricader leurs logements avec des parpaings, des bâches ou encore des pierres.

Si "les dégâts sont difficiles à estimer", les services en "eau potable, assainissement, téléphonie ont été maintenus", ainsi que l'électricité, se félicite Jean-Luc Dupont, le maire de Chinon.

En Haute-Vienne, un kayakiste est porté disparu depuis samedi après-midi, après une alerte donnée par plusieurs témoins l'ayant aperçu "en difficulté" sur la Vienne en crue à Aixe-sur-Vienne, à 10 kilomètres à l'ouest de Limoges.

Après une suspension "à la tombée de la nuit", les recherches, menées par la gendarmerie, reprendront mardi matin, a indiqué la préfecture.

D'autres départements dans le Sud-Ouest, le Sud-Est et le centre-est sont en vigilance orange: la Charente, la Charente-Maritimes, la Gironde, la Dordogne, la Saône-et-Loire, le Gard, les Bouches-du-Rhône, indique Météo-France.

Dans le Gard, la préfecture a annoncé la fermeture à la circulation de 17 ponts submersibles et passages à guet, ainsi que de nombreux ponts submersibles communaux.

Mi-mars, huit personnes avaient péri dans les intempéries liées à la tempête Monica qui avaient frappé le sud-est de la France.

all-bat-laf/chp/lbx