Crozon, Porquerolles… Ces sites naturels menacés par le développement du tourisme vert

·1 min de lecture

C’est la conséquence malheureuse de nos choix de vacances : les espaces protégés souffrent de la sur fréquentation des touristes cet été. La majorité des Français ont en effet décidé de passer leur été dans l'Hexagone du fait de la crise du coronavirus, et découvrent ainsi les bijoux de notre pays. Seulement plusieurs sites naturels ne sont pas faits pour accueillir autant de monde et sont dégradés par l’afflux de voyageurs. 

LIRE AUSSI - Coronavirus : quel premier bilan pour le tourisme cet été ?

"La destruction de la poule aux oeufs d'or"

"Avoir le maximum de touristes en 2021, c’est prendre le risque de ne plus en avoir en 2022-2023 si l’environnement a été altéré", estime Jean-Pierre Giran, le maire de Porquerolles. Car avec ses plages de sable et son eau turquoise, l'île est un véritable bijou. Un trésor réservé à 200 habitants pendant l’année, mais où des milliers de touristes viennent chaque jour en été. Un phénomène qui s’est accentué avec la pandémie, au point de mettre l'île en danger. "Quand vous avez entre 10.000 et 15.000 personnes sur une île dont la surface est limitée, les conséquences sont le bruit et les déchets qui peuvent s’amonceler. C’est tout ce que l’on connaît quand il y a un excès de fréquentation. Il faut que cette attractivité supplémentaire ne se traduise pas par la destruction de ce qu’on pourrait appeler la poule aux œufs d’or", juge l'édile.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

La problématique est la même à ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles